Projet PARFAO : 04 projets agroécologiques en fin d’accompagnement présentés

décembre 8th, 2021 | par afriktilgre@
Projet PARFAO : 04 projets agroécologiques en fin d’accompagnement présentés
Agri-innove
0

Bio Raaga, Ecosave, Bokashi Invest,  Pega, ce sont les 4 projets en agroécologie qui ont été coachés et soutenus financièrement par l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) et l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF), dans le cadre du projet PARFAO (Promotion de l’agroécologie par la recherche et la formation en Afrique de l’Ouest). En fin d’accompagnement, les 4 porteurs de projets ont présenté leurs initiatives et évoqués leurs ambitions devant un panel d’invités, le mardi 07 décembre 2021 au cours d’une soirée de clôture à l’Espace Gambidi.

Sélectionnés lors du “Week-end des Solutions” (un atelier de 3 jours initié dans la cadre du projet PARFAO en avril 2021), les projets Bio Raaga, Ecosave, Bokashi Invest  et Pega ont bénéficié chacun d’un soutien financier de 03 millions de F CFA et de formations sur des thématiques variés. Après six mois d’accompagnement, l’heure était au bilan et à la recherche de potentiels nouveaux partenaires. Pour cela, chaque projet a été présenté le mardi 07 décembre 2021 au sein de l’espace Gambidi, devant un parterre d’invités intéressés par la question de l’agroécologie.

Lire ici l’article sur le weekend des solutions

Porté par  Davy Diebre et Yasmina Tega, le projet Bio Raaga est une plateforme numérique qui permet de faciliter l’écoulement des produits bio, mais aussi  de mettre en relation des producteurs maraichers bio, des transformateurs et des consommateurs.

Œuvre de Tougri Kayabila, la Plateforme Électronique de Géolocalisation des acteurs de l’Agroécologie (PEGA) est outil d’information, d’orientation, de partage d’expérience et de prise de décision en matière  d’agroécologie.

Une vue des invités à la soirée de clôture du projet PARFAO

Tiré du japonnais, Le Bokashi est un compost issu de la décomposition des matières organiques. C’est cette alternative que Sophie Sedgho, présidente de l’association la Saisonnière, a décidé de vulgariser pour améliorer la production à l’intérieur des berges de ville de Ouagadougou, contribuer à la préservation de l’environnement, de la santé des consommateurs mais aussi des producteurs, grâce à l’abandon progressive des intrants chimiques

Ecosave est une initiative de Fatimata Sinaré. C’est un biopesticide qui  préserve la santé du producteur et du consommateur, améliore la qualité des productions maraichères. C’est aussi un bio-fertilisant utilisable sur diverses spéculations et ayant une durée de conservation de deux ans au moins.

Adama Sawadogo, Correspondant national en agroécologie au sein du Ministère en charge de l’Agriculture, souhaite que l’initiative PARFAO se perpétue

Au cours de la soirée, Adama Sawadogo, Correspondant national en agroécologie au sein du Ministère en charge de l’Agriculture, a laissé entendre que les 04 porteurs de projet ont montré que les pratiques agroécologiques sont la meilleure alternative pour produire sans détériorer l’environnement et la santé de l’homme. Il a poursuivi en souhaitant que l’AUF et l’IRD continuent à soutenir l’agroécologie.

Pour Fabrice Courtin, Responsable de l’IRD au Burkina Faso co-porteur du projet, toutes ces actions menées dans le cadre du PARFAO permettent d’allier le renforcement de capacité et l’innovation, tout en tissant un pont entre la science et la société, grâce à la co-construction de projets multi-acteurs.

Fabrice Courtin responsable de l’IRD au Burkina Faso

Co-constructeur du projet PARFAO, Théophile Ouangrawa, Responsable de l’AUF au Burkina Faso, s’est réjoui de sa mise en œuvre qui a vu naitre 04 projets innovants.

Théophile Ouangrawa, Responsable de l’AUF au Burkina Faso, est fier de l’aboutissement du projet

Pour rappel, le PARFAO a été co-porté et co-financé par l’IRD et l’UAF. Dans sa première phase, il a permis l’accompagnement de huit doctorants, dont trois au Burkina Faso. La 2ème phase a consisté à l’identification des 4 projets en agroécologie.

Fernand Appia

166 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *