Agroécologie au Burkina: Bientôt une charte et un document de référence

décembre 16th, 2021 | par afriktilgre@
Agroécologie au Burkina: Bientôt une charte et un document de référence
Agri-innove
1

Le Conseil National de l’Agriculture Biologique (CNABio) a convié ce jeudi 16 décembre 2021, à Ouagadougou, ses partenaires et les acteurs de l’agroécologie à un atelier de validation du document de référence en agroécologie et la charte de l’agroécologie. L’élaboration de ces documents avait été proposée en 2018 par le CNABio. Une fois validés, ils permettront de recadrer et promouvoir la pratique agroécologique au Burkina Faso

Sur invitation du Conseil National de l’Agriculture Biologique (CNABio), les acteurs de l’agroécologie se sont retrouvés ce jeudi 16 novembre 2021, à Ouagadougou, pour participer à l’atelier de validation de la charte et du document de référence en agroécologie. Ces documents sont les repères qui vont orienter les décisions politiques et guider les acteurs dans la pratique de l’agroécologie. Leur élaboration avait été proposée par le CNABio en 2018, après constat de l’application timide de l’agroécologie sur le terrain et de l’absence d’une définition partagée de cette pratique par l’ensemble des acteurs y compris au niveau de l’État.

Sedgho Hema  Sophie, Vice-présidente du CNABio.

Pour la Vice-présidente du CNABio, Sedgho Hema Sophie, la validation de ces documents permettra aux acteurs de parler le même langage et de comprendre qu’ils doivent se tenir les mains pour aboutir à une agriculture qui procure la santé, prend en compte l’écologie et donne un plus à l’économie Burkinabè. De ce fait, elle n’a pas hésité à inviter les participants à accorder un intérêt particulier aux travaux de l’atelier.

Souleymane Traoré, Expert agronome FAO Burkina,  était aux cotés des agroécologistes pour témoigner son soutien.

Souleymane Traoré, Expert agronome FAO Burkina, a poursuivi en indiquant  que son institution se tient toujours aux coté de ce genre d’initiative. En effet, la FAO a mis à la disposition des  Etats des principes qui régissent l’agroécologie, et chaque pays élabore son document de référence pour cadrer l’activité, informe-t-il. Souleymane Traoré a conclu son propos en encourageant le CNABio à mettre à l’échelle la documentation qui sera produite, afin que le  plus grand nombre de personnes puissent en bénéficier.

En rappel l’agroécologie c’est une manière naturelle de produire en respectant l’environnement, la santé des personnes, en protégeant aussi les sols et la biodiversité. La tenue du présent atelier a été rendue possible grâce à l’appui technique et financier de l’ONG Autre Terre, Sos Faim, Solidagro, Le Cirad, Oxfam Burkina Faso, ONG Iles De Paix, L’action Solidarité Tiers-Monde, l’ONG BroderIijk Delen (BD).

Fernand Appia

319 vues

One Comment

  1. Pingback: Excès d’intrants chimiques dans les Berges Ouagalaises: Sophie Sedgho propose le Bokashi | Afrik Tilgré : Le média du développement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *