Saisie de Produits Impropres à la Consommation : Il faut enterrer le phénomène !

avril 3rd, 2022 | par afriktilgre@
Saisie de Produits Impropres à la Consommation : Il faut enterrer le phénomène !
Astuce santé
0

Le Burkina Faso a connu ces derniers temps des saisies tout azimut de produits impropres à la consommation. Ce n’est d’ailleurs pas un phénomène nouveau, dans la mesure où chaque année le consommateur Burkinabè assiste, impuissant, à cette tentative de mettre sur le marché des produits avariés dont nul ne sait les péripéties de leur acheminement dans le pays. Des centaines de bidons d’huile impropre à la consommation saisis en mi-mars à Ouagadougou, une tonne de poissons avariés saisie à Koudougou en début février dernier, des milliers de cartons de boîtes de sardines impropres à la consommation saisies à Bobo Dioulasso et à Ouagadougou fin décembre dernier, pour ne citer que ces exemples. 

Les faits sont extrêmement graves, car mettent en danger la santé publique en plus de constituer une véritable saignée pour l’économie nationale.  Et c’est peu de dire que la pratique se nourrit des complicités tenues entre certains commis de l’État à l’esprit vénal, tapis à l’ombre et qui tirent les ficelles “des profits indus”, sans crainte d’être démasqués, hélas, et une catégorie de commerçants très cupides sinon véreux. On ne le dira jamais assez, la corruption qui a pion sur rue a gangrené l’administration et tend à diluer les mœurs au point que  bien de Burkinabè ne répondent presque plus à leur identité d’Hommes intègres.

Du poisson avarié saisi le 28 mars 2022 à Bobo Dioulasso, à l’Ouest du Burkina Faso.

Pourquoi n’arrive-t-on pas à venir à bout de ces pratiques non républicaines qui consistent à faire entrer des produits avariés, impropres à la consommation sur le marché national?  A priori, la faute aux dirigeants, à l’administration qui rusent avec les lois au nom d’un certain favoritisme ou laxisme qui révèle la vraie nature de nos responsables à la tête de nos services. Ils se moquent éperdument de la notion d’intérêt collectif et préfèrent traire les vaches à leur seul profit. Il faudra sévir contre les prédateurs de la république, en leur appliquant la loi dans toute sa rigueur, sans état d’âme. Cela passe aussi par l’assainissement de l’administration des brebis galeuses.

 Plus les lois sont respectées, mieux la société se portera et il en va de la cohésion sociale et du vivre-ensemble dans la paix. Le pouvoir de la Transition devra être intraitable dans sa lutte contre la fraude et la corruption et “restaurer” notre Faso, en cette matière, dans sa dignité et sur la voie du salut.

Afriktilgre 

227 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *