Restauration des terres dégradées en Afrique : un processus qui progresse lentement

octobre 2nd, 2021 | par afriktilgre@
Restauration des terres dégradées en Afrique : un processus qui progresse lentement
Le fil vert
0

En marge de la Semaine africaine du climat qui s’est tenue en Ouganda, a été présenté le mercredi 29 septembre 2021 le premier bilan de la restauration des forêts et des paysages d’Afrique. Réalisé par la FAO et l’Union Africaine-Nepad, ledit bilan révèle que la lutte contre la dégradation des terres sur le continent progresse lentement, alors que le défi de restauration reste énorme.

Selon les résultats du premier bilan de la restauration des forêts et des paysages d’Afrique, réalisé par la FAO et l’Union Africaine-Nepad, environ 65% des terres productives en Afrique sont dégradées, la désertification affecte 45% de la superficie des terres et 4 millions d’hectares de forêts disparaissent par an. Le potentiel de restauration en Afrique est  estimé à plus de 720 millions d’hectares. Particulièrement dans les zones arides d’Afrique, la FAO estime qu’un total de 221 millions ha ont besoin d’être restaurés soit, 166 millions d’ha à travers l’Afrique du Nord, le Sahel et la Corne de l’Afrique, et 55 millions dans la région de l’Afrique australe.

Au regard de cette situation, beaucoup reste à faire pour exploiter pleinement l’énorme opportunité qu’à le continent africain de remettre les terres en état de production durable, de protéger la biodiversité ainsi que les moyens d’existence des populations dans la lutte contre le changement climatique. Pour la FAO, il est impératif d’intensifier la lutte contre la dégradation des terres et d’accroitre les efforts en faveur de l’action climatique car les nombreuses initiatives qui ont été lancées dans ce sens présentent encore des résultats insuffisants.

Fernand Appia

101 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *