Production d’Engrais à base de Phosphate à Koupela : Tout sera top pour la campagne humide 2022/2023

novembre 25th, 2021 | par afriktilgre@
Production d’Engrais à base de Phosphate à Koupela : Tout sera top pour la campagne humide 2022/2023
Agri-innove
0

Depuis décembre 2019, le Conseil d’Administration (CA) de la Société d’Exploitation des Phosphates du Burkina (SEPB) a autorisé la construction d’une usine de mélange d’engrais à 7 km de la ville de Koupela sur l’axe Koupela-Tenkodogo. Ce, dans le but de produire des intrants selon les besoins spécifiques des sols du pays des Hommes intègres. Dans le processus de démarrage effectif des travaux de l’usine, un Groupe de Travail (GT) s’est réuni pendant une semaine pour proposer une formulation des engrais à produire. Il a livré ses travaux ce mercredi 24 novembre 2021 à Ouagadougou, en présence du Secrétaire Général du Ministère en charge de l’Agriculture et de structures d’accompagnement comme la Société Coopérative des Commerçants d’Intrants et de Matériels Agricoles (Scoop-CA CIMA BF).

Une vue des participants à la restitution du Groupe de travail

La campagne humide à venir, il y’aura des engrais à moindre cout et adapter aux principales cultures du Burkina Faso qui sortiront de l’unité de mélange d’engrais de Koupela, assurance du Dr Boundia Alexandre Thiombiano Directeur Général de la Société d’Exploitation des Phosphates du Burkina (SEPB), le mercredi 24 novembre 2021 à Ouagadougou, à l’issue d’une présentation succincte du document sur la formulation des engrais de ladite usine.  Il a ajouté qu’il se pourrait que le premier sac d’engrais minéral sorte de cette unité industrielle, avant le premier semestre de l’année 2022 conformément aux exigences des autorités en charge de l’Agriculture.

Dr Boundia Alexandre Thiombiano Directeur Général de la Société d’Exploitation des Phosphates du Burkina (SEPB)

Par la suite, Saaga Sawadogo Directeur de Production de la SEPB a confié que l’étude sur la formulation des engrais a été conduite par une équipe restreinte composée de l’Institut de l’Environnement et de Recherches Agricoles du Burkina Faso (INERA), la SEPB, la Direction Générale des Production Végétales (DGPV), le Bunasol plus une personne ressource. Apres la présentation des travaux de la cellule restreinte, les différents amendements seront prises en compte pour améliorer le document, précise Saaga Sawadogo. Il a poursuivi en indiquant que la machine qui a été commandé pour les besoins de usine a une capacité de production de 90 tonnes par heure, avec deux sorties de 45 tonnes chacune.

Saaga Sawadogo Directeur de Production de la SEPB a présenté le document du Groupe de Travail

Il s’agit d’une machine qui assure le mélange et l’ensachage à deux issus. Par an, l’usine pourra donc produire autour de 200 000 tonnes d’engrais en régime jour/jour. La production peut aller à 400 000 tonnes, au-delà des besoins nationaux estimés à environ 300 000 tonnes, si la nuit est mise à profit pour produire, souligne Saaga Sawadogo.

Dans la suite de son intervention, le Directeur de Production de la SEPB a laissé entendre que l’usine de Koupela attend juste la matière première (le Diammonium de Phosphate ( DAP), le Chlorure de Potassium (KCL), et l’Urée plus des microéléments en fonction de la formulation à produire) pour débuter la mise en route. « Pour le moment nous n’avons pas encore commandé cette matière première. Mais cela ne saurait tarder. Le prix de la matière première fluctifie au niveau international et nous allons observer ces fluctuations avant de commander. », Explique-t-il.

 Le Secrétaire Général du Ministère en charge de l’Agriculture, Yassia Kindo n’a pas manqué de rappeler que depuis 2016, cette unité de production d’engrais à base de phosphate naturel  est un investissement traceur de son Ministère de tutelle et un engagement du Président du Faso. Il a affirmé également que l’unité de Koupela n’est que le début de tout un complexe industrielle que le gouvernement compte créer.

Yassia Kindo Secrétaire Général du Ministère en charge de l’Agriculture

« Pour faire fonctionner l’usine de Koupela, nous allons commencer par importer des matières premières pour formuler en fonction de nos besoins spécifiques. Mais après, nous comptons utiliser le phosphate de Kotchari. Pour cela il n’y’aura une usine de concassage à Kotchari, une unité de granulation à Diapaga. Ces matières premières seront utilisées, notamment le phosphore, pour ravitailler l’unité de Koupela. C’est en cela que c’est tout un complexe avec des unités de stockage connexes. », renchérit Yassia Kindo.

Harouna Zoundi PCA de la Scoop-CA CIMA BF a pris part à la présentation des travaux du GT

Harouna Zoundi Président du Conseil d’Administration de la Société Coopérative avec Conseil d’Administration des Commerçants d’Intrants et de Matériels Agricoles (Scoop-CA CIMA BF) a pour sa part indiqué que, l’ouverture de l’usine de Koupela sera un ouf de soulagement pour les distributeurs, en raison des difficultés d’accès aux engrais observées sur le marché. Il a réaffirmé aussi la disponibilité de la coopérative à travailler pour la vulgarisation des engrais qui « verront bientôt le jour » à Koupela.

Sougrinoma Ismaël GANSORE

424 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *