Nigéria : le gouvernement autorise la culture d’une nouvelle variété de maïs transgénique

octobre 14th, 2021 | par afriktilgre@
Nigéria : le gouvernement autorise la culture d’une nouvelle variété de maïs transgénique
Agri-innove
0

Le Gouvernement Fédéral du Nigeria a autorisé la culture en plein air d’une nouvelle variété de maïs transgénique développée par l’Institut de la Recherche Agricole (IAR) de lUniversité Ahmad Bello. Cette variété de maïs a reçu l’approbation de l’Agence Nigériane de Gestion de Biosécurité (NBMA). Comme certains pays africains, le Nigéria a choisi les solutions biotechnologiques pour faire face aux menaces sur les cultures.

Second fournisseur africain de maïs, le Nigéria a opté pour les solutions biotechnologiques. En effet, une nouvelle variété de maïs transgénique développée par l’Institut de la Recherche Agricole (IAR) de l’Université Ahmad Bello a été autorisée par l’Agence Nigériane de Gestion de Biosécurité (NBMA). Cette annonce a été faite dans une déclaration conjointe publiée le dimanche 08 octobre 2021, par Alex Abutu responsable de la communication de la Fondation pour la Technologie Agricole Africaine (AATF), Afrique de l’Ouest et du Centre, et Yakubu Dodo, responsable de l’information IAR Zaria à Abuja.

Du nom de « Tela », cette variété, selon les chercheurs, affiche une résistance à la sécheresse ainsi qu’aux ravageurs comme les chenilles légionnaires d’automne et les foreurs de tige, deux menaces majeures pour la filière. L’autorisation de la NBMA à pratiquer la culture du maïs transgénique est valide jusqu’au 05 octobre 2024 et permet au titulaire ainsi qu’aux personnes couvertes par le permis de commercialiser la variété de maïs Tela.

Selon le communiqué, en accordant l’approbation, la NBMA était convaincue qu’il n’y a pas d’impacts négatifs connus sur la conservation et l’utilisation durable de la biodiversité, compte tenu des risques pour la santé humaine.

Réagissant à cette décision, Mohammed Ishiyaku, Directeur exécutif de l’IAR, estime que « cette innovation peut permettre d’économiser près de 268 milliards de nairas (368 798 885 000 Fcfa) consacrés chaque année aux achats de pesticides dans le traitement des nuisibles.». Selon le responsable de l’IAR, l’étape suivante consiste à évaluer davantage les performances de Tela dans toutes les zones de culture de maïs et vulgariser les variétés auprès des producteurs locaux d’ici 2023.

Cependant, cette étape ne sera possible que si le comité national de diffusion des variétés donne son autorisation. En rappel, le projet sur le développement de la variété « Tela » a été initié en 2018 par un consortium international cordonné par la Fondation Africaine pour la Technologie Agricole (AATF), impliquant Bayer, le Centre International d’Amélioration du Maïs et du Blé (CIMMYT) et les systèmes nationaux de recherche agricole de sept pays (Ethiopie, Kenya, Mozambique, Nigeria, Afrique du sud).

Célia Christelle KABORE (Stagiaire)

122 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *