JPL – Banfora 2020 : Les acteurs s’abreuvent de connaissances et échangent autour des panels

octobre 10th, 2020 | par afriktilgre@
JPL – Banfora 2020 : Les acteurs s’abreuvent de connaissances et échangent autour des panels
Agro-pastoral
0

La Maison de la femme de Banfora a abrité le vendredi 09 octobre 2020, l’animation de deux panels. Oraganisés par l’Association pour la Promotion du l’Elevage au Sahel et en Savane (APESS), en prélude aux Journées promotionnelles du lait local de Banfora ( JPL-Banfora), ces panels ont été animés respectivement par M. Ouédraogo Souleymane, Chercheur, Zootechnicien et Chef de programme GRN-SP / Ouest et M. Sabo issa, Consultant et Qualiticien.

Ces avec une oreille attentive que les acteurs de la filière lait ont écouté les exposés des panélistes qui ont abordé l’un, “les défis de la production fourragère de contre-saison et introduction de l’amélioration génétique” et l’autre, “la catactérisation des marchés, modes de partenariat à développer, la transformation et le marché local de lait.”

Intervenant sur le premier thème, M. Ouédraogo Souleymane, Chercheur, Zootechnicien et Chef de programme GRN-SP / Ouest, reconnaît qu’il y a des difficultés qui entravent le développement de l’élévage au Burkina et dans les cascades en particulier. Néamoins, il est possible de trouver des solutions. Un travail à commencer avec les producteurs, les transformateurs de lait, l’APESS, les services techniques, les autorités politiques des Cascades à travers la Plateforme d’innovation lait (PIL) de Banfora.

Ouédraogo Souleymane, Chercheur, Zootechnicien et Chef de programme GRN-SP / Ouest,

Par ailleurs, le paneliste estime qu’il doit y avoir un accompagnement politique encore plus actif avec la sécurisation foncière, les modes de financement adaptés à l’élevage, la subvention des semences et équipements de gestion de la production fourragère et d’exhaure de l’eau. Mais aussi, une politique d’accès aux aliments concentrés pour une alimentation intensive des vaches laitière, une politique de forages pastoraux à haut débit et une promotion de la consommation du lait local.

Selon une étude de l’UMEOA, le Burkina Faso produit 250 000 000 de litre de lait par an mais seulement 5% soit 500 000 litres sont collectés et transformés. La transformation du lait local est une activité vitale pour les acteurs, rapporte M. Sabo Issa, qui s’est penché sur la catactérisation des marchés, modes de partenariat à développer, la transformation et le marché local de lait.

Issa Sabo estime que la transformation du lait local est une activité vitale pour les acteurs

Pour le Consultant et Qualiticien, Sabo Issa, il faut résoudre un certains nombre de problèmes qui constituent les goulots d’étranglement majeurs. Il s’agit entre autres de l’organisation de la collecte, la maitrise de la qualité sanitaire et technologique des produits laitiers, la présentation des produits laitiers et le fond de roulement.

D’autres défis restent également à relever notamment celui d’assurer l’approvisionnement régulier des Unités de transformation de lait (UTL) en lait local, de trouver des partenariats pour accroître l’investissement des UTL et de les doter en équipemens et additifs adaptés.

Pour rappel, la 5ème éditions des Journées promotionnelles du lait de Banfora, se tiennent du samedi 10 au dimanche 11 octobre 2020 au Gouvernorat de Banfora.

Fernand Appia

286 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *