J-PROSAC 2 : 6 500 tonnes de semences cherchent acheteurs

juin 18th, 2021 | par afriktilgre@
J-PROSAC 2 : 6 500 tonnes de semences cherchent acheteurs
Agro-pastoral
0

 La deuxième édition des Journées Promotionnelles des Semences Agricoles Améliorées Certifiées (J-PROSAC) a ouvert officiellement ses portes, ce vendredi 18 juin 2021 au sein de la maison du peuple de Ouagadougou. Le président de l’Union Nationale des sociétés coopératives des Producteurs Semenciers du Burkina (UNPSB), structure organisatrice desdites journées, a saisi l’occasion pour signaler que 6 500 tonnes de semences améliorées sont toujours stockées dans leurs magasins.

Coupure de ruban marquant l’ouverture officielle de la deuxième édition de J-PROSAC

Dans son discours de bienvenue à l’occasion de la cérémonie officielle d’ouverture de la deuxième édition des J-PROSAC, organisée ce vendredi 18 juin à la maison du peuple de Ouagadougou, Inoussa Ouédraogo président de l’UNPSB a d’emblée indiqué que, la tenue de cette foire aux semences améliorées certifiées est une grande opportunité d’affaire pour l’union qu’il dirige. Pour cela, il n’a pas hésité à attirer l’attention du ministre en charge de l’agriculture, et des partenaires techniques et financiers ( PTF) présents à leurs côtés sur le fait que des quantités importantes de semences restent encore entre leurs mains. « Malgré les différents appuis que nous avons bénéficié de la part des PTF et du ministère de l’agriculture qui a pu mettre à la disposition des producteurs vulnérables plus de 6000 tonnes de semences, à travers l’union, il nous reste encore 6 500 tonnes de semences. 4 500 tonnes de maïs, 600 tonnes d’hybrides, 1 100 tonnes de sorgho, 100 tonnes de mil, de soja, de sésame, 30 tonnes d’arachides et 20 tonnes de niébé encore dans nos magasins.» précise-t-il.

Inoussa Ouédraogo Président de l’UNPSB

Inoussa Ouédraogo a poursuivi en invitant les producteurs sans oublier les autorités à soutenir l’union dans l’écoulement de ses stocks restants, au moment où la campagne de saison humide n’est pas fondamentalement bien installée. En arrivant à vendre ses 6 500 tonnes de semences restants, l’UNPSB pourra ainsi contribuer à consolider certaines initiatives, comme celles du président du Faso qui visent à produire un million de tonnes de riz au cours de la présente campagne et « Assurer à chaque enfant en âge scolaire au moins un repas équilibré par jour. », défend t-il. Selon les explications du premier responsable des semenciers, si l’union ne parvient pas à écouler sa production, cela entrainera un découragement chez les  producteurs qui ne seront plus motivés à produire en quantité dans les années à venir, afin de booster les rendements agricoles.

Salifou Ouédraogo, ministre en charge de l’agriculture, appelle l’UNPSB à bien conserver les quantités restantes, afin de les utiliser pendant la campagne sèche

Le ministre en charge de l’agriculture, représentant le premier ministre patron de l’évènement, a d’abord souligné que l’année écoulée, le ministère a acheté toute la production de l’UNPSB, en raison de la Covid 19 qui commandait que chaque État se rebatte sur ses propres forces. A en croire Salifou Ouédraogo, son département a commandé cette année plus de 6000 tonnes de semences améliorées, sur environ 15 000 tonnes produites. Face à ce gap, le ministre dit espérer que beaucoup de producteurs effectuent le déplacement à la maison du peuple de Ouagadougou, pour s’approvisionner en semences de qualité. « Les semences ne se gâtent pas si on arrive à bien les conserver. Ce qui veut dire qu’après la campagne humide, les semences restantes peuvent être utilisées pendant la campagne sèche. », finit-il par dire.

Une vue de quelques semences exposées à la foire

Le president de l’UNSPB est revenu à charge pour affirmer que l’utilisation des semences améliorées certifiées est infime (moins de 15%) par rapport aux besoins actuels en termes de rendements agricoles. Une situation qui est en partie due à un manque d’informations et de connaissances sur ces semences améliorées. Ce qui a prévalu à l’organisation des J-PROSAC, confie Inoussa Ouédraogo. Cette deuxième édition, organisée du 17 au 20 juin 2021, sera marquée par des communications, afin de mieux expliquer la loi et l’activité semencière. Des expositions ventes de semences sont également au programme.

Sougrinoma Ismaël GANSORE

740 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *