Fille ou Garçon, Seydou Sawadogo vous le “donne” à “coup sûr”

octobre 30th, 2021 | par afriktilgre@
Fille ou Garçon, Seydou Sawadogo vous le “donne” à “coup sûr”
Astuce santé
0

A travers un produit “miracle” extrait de plantes naturelles du terroir, Seydou Sawadogo, ingénieur et Phytothérapeute Burkinabè, dit pouvoir aider les couples à choisir délibérément le sexe de leurs enfants. Depuis 20 ans, l’homme travaille dans l’ombre estimant qu’en Afrique, les bons produits n’ont pas besoin de publicité. Le vendredi 29 octobre 2021 nous l’avons rencontré à l’Université Joseph Ki-Zerbo, à l’occasion de la 13è édition du Forum de la Recherche Scientifique et des Innovations Technologiques (FRSIT). Il nous parle ici de l’origine de son produit et de ses ambitions avec.

Savez-vous qu’il est désormais possible de choisir le sexe de son enfant?. L’exploit a été réalisé par l’ingénieur, phytothérapeute Seydou Sawadogo. Il affirme avoir mis au point un médicament “miracle”, extrait de plantes naturelles Burkinabè, qui permet de choisir le sexe de l’enfant avec 100% de succès.

Seydou Sawadogo en plein entretien avec les reporters de Afriktilgre

A en croire le phytothérapeute, cette recette existe depuis une vingtaine d’années et était destinée uniquement aux chefs coutumiers et aux personnes âgées. Mais aujourd’hui, les choses ont évolué c’est pourquoi depuis 2015, sur insistance des clients satisfaits, « nous l’utilisons pour faire le bonheur des couples sans impacter la santé de la mère ou de l’enfant. », explique-t-il.

Une chose est de connaître le sexe de son enfant, une autre est de choisir son sexe. Pour lui, choisir le sexe de son enfant est important car il permet de soulager les femmes marginalisées dans les foyers, du fait qu’elles ne donnent pas naissance aux enfants du sexe souhaité par le conjoint.

Les produits naturels n’ont pas un souci de posologie comme le prétendent certaines personnes, se défend Monsieur Sawadogo. « Le problème vient du fait que l’esprit de l’Africain a été formaté par le blanc de sorte que tout ce qui est africain est négligé par lui.», déplore-t-il avant d’ajouter que sa trouvaille est un alicament, c’est-à-dire à incorporer dans la nourriture pour consommation.

Une vue des produits du phytothérapeute Burkinabè

Pour vulgariser son produit et le rendre plus crédible, il envisage l’homologuer. Et ce, pour qu’il passe du stade de poudre à mettre dans la sauce et atteindre le stade d’un comprimé à croquer.

Fernand Appia
Prisca Victoire Sawadogo (Stagiaire)

280 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *