Déclaration de Bobo-Dioulasso pour l’allègement de la pénibilité des travaux agricoles de la femme rurale dans le cadre du lancement de la campagne : « Confinement de la houe manuelle au musée ».

octobre 15th, 2019 | par afriktilgre@
Déclaration de Bobo-Dioulasso pour l’allègement de la pénibilité des travaux agricoles de la femme rurale dans le cadre du lancement de la campagne : « Confinement de la houe manuelle au musée ».
Agro-pastoral
1

NOUS, participantes et participants, réunis à Bobo-Dioulasso, à l’invitation de l’Union Africaine et en présence de représentants des organisations internationales, régionales, de la société civile, de productrices et producteurs, du secteur privé et des partenaires techniques et financiers, dans l’objectif de trouver les voies et moyens pour réduire la pénibilité du travail des femmes et de lancer une plateforme africaine pour l’autonomisation des femmes dans l’agriculture,

 CONSIDÉRANT QUE:

  • Le forum sur l’allègement de la pénibilité du travail agricole des femmes a enregistré la participation effective de :
  • L’épouse de son Excellence Monsieur le Premier Ministre, représentant la Première Dame du Faso, marraine du Forum ;
  • M. le Ministre de l’Agriculture et des Aménagements Hydro agricole du Burkina Faso ;
  • Mme le Ministre des Droits Humains et de la Promotion civique représentant Mme le Ministre de la Femme, de la Solidarité nationale, de la Famille et de l’Action humanitaire du Burkina Faso ;
  • Mme la deuxième adjointe représentant M. le Maire de la ville de Bobo-Dioulasso ;
  • Mme la Commissaire de l’Union Africaine en charge de l’économie rurale et de l’agriculture ;
  • Mme l’envoyée spéciale de l’Union Africaine sur les questions Femme, Paix et Sécurité ;
  • M. le Représentant de la FAO au Burkina Faso ;
  • Mme la représentante de Mme Zuma, ancienne Présidente de la Commission de l’Union Africaine, instigatrice de la campagne de confinement de la houe manuelle au musée ;
  • M. le Représentant de SEM Olosegun Obasanjo, ancien Président du Nigéria et patron de EWA (Autonomisation des femmes en Afrique) ;
  • Mme le Ministre du Genre et représentant SEM le Président du Ghana, Champion de la mécanisation ; ;
  • M. le Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de l’Agriculture, chargé de l’Aménagement et de l’équipement rural de la République du Mali ;
  • Considérant les conclusions du 25e Sommet des Chefs d’État et de Gouvernement de l’Union Africaine, dont le slogan était: «2015, année de l’autonomisation économique des femmes et de leur développement vers la mise en œuvre de l’Agenda 2063 de notre Continent» ;
  • Considérant que de nos jours, plus de 60% de l’énergie agricole provient de la force humaine et que les femmes représentent près de 72% de la main-d’œuvre agricole en Afrique subsaharienne ;
  • Considérant que la mécanisation agricole est un pilier indispensable pour atteindre la vision Faim Zéro à l’horizon 2025, comme indiqué dans la Déclaration de Malabo de 2014, Aspiration 1 de l’Agenda 2063 de l’UA et l’objectif 2 des Objectifs de développement durable.

RAPPELANT LES DYNAMIQUES INSTITUTIONNELLES ET LES COALITIONS DÉJÀ EXISTANTES POUR ALLEGER LA PENIBILITE DU TRAVAIL DES FEMMES, À SAVOIR :

  • les initiatives et les cadres internationaux tels que la Déclaration universelle des droits de l’homme (DUDH, 1948) – Article 17, la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDAW), 1981; le Programme d’action de Beijing (1995), la Déclaration d’Istanbul sur les établissements humains et le programme pour l’habitat (1996), les ODD 2030 en particulier les ODD 2 et 5 ;
  • les déclarations, décisions et cadres continentaux tels que la Déclaration solennelle sur l’égalité des sexes en Afrique 2004, le Protocole de Maputo dans son article 15, la Déclaration de Malabo 2014 sur l’agriculture africaine, le Cadre de la mécanisation agricole durable 2018 et l’Agenda 2063 de l’Union Africaine ;

UNANIMEMENT, AFFIRMONS :

  • Le rôle primordial et le leadership de la femme rurale dans l’atteinte de la sécurité alimentaire et nutritionnelle des familles ;
  • La volonté politique nettement affichée par les Etats membres pour l’amélioration des conditions de travail de la femme rurale ; 

Que les visions ont évolué reconnaissant la nécessité et l’urgence de mécanisation durable de l’agriculture africaine.

FIXONS L’OBJECTIF : deconfiner définitivement au musée à l’horizon 2030, TOUS les outils manuels utilisés tout au long de la chaine de valeur, au profit d’une mécanisation agricole adaptée aux besoins spécifiques de la femme rurale.

SOLLICITONS

  • L’élaboration d’une feuille de route claire pour la mise en œuvre du cadre de l’UA sur la mécanisation de l’agriculture en Afrique ;
  • Le respect des engagements de l’Union Africaine pour l’octroi d’au moins 30% de terres aux femmes ;
  • un mécanisme clair pour la collecte de données désagrégées par sexe sur les droits relatifs aux terres et aux ressources naturelles ;
  • la promulgation et l’application de lois garantissant la participation et la représentation des femmes à la prise de décision en matière de gouvernance des terres et des ressources naturelles, du niveau local au niveau national.
  • le renforcement des capacités des pays membres, en particulier des femmes, en renforçant les institutions impliquées dans la mécanisation agricole, telles que les institutions de recherche et développement, de transfert de technologie et de tests et normes d’innovation.
  •  un soutien financier accru pour promouvoir la chaîne de valeur agroalimentaire, y compris les aspects relatifs à la récolte, à la manipulation, à la transformation et à la sécurité alimentaire.

LANÇONS UN APPEL POUR UN ENGAGEMENT AMBITIEUX DE L’ENSEMBLE DES PARTIES PRENANTES

  • A nos propres pays ;
  • Aux organisations régionales d’intégration économique et technique ;
  • A la société civile, y compris les associations de productrices et producteurs agricoles ;
  • Au secteur privé;
  • Aux Partenaires Techniques et Financiers.

Enfin, nous appelons toutes les parties concernées à prendre acte de l’ampleur des défis et des opportunités pour donner un nouvel élan à la réduction de la pénibilité du travail agricole de la femme rurale.

ENSEMBLE DÉCLARONS NOTRE ENGAGEMENT À :

  • Bâtir une alliance africaine solide autour d’un programme continental d’allègement de la pénibilité du travail de la femme rurale;
  • Progresser vers la création d’une plateforme africaine sur l’autonomisation de la femme qui fédère toutes les initiatives existantes.

                                                                                      Fait à Bobo-Dioulasso le 14 octobre 2019

                            Les participants

15 vues

One Comment

  1. Pingback: MECANISATION DE L'AGRICULTURE AFRICAINE : Les femmes souhaitent bonne retraite à la houe manuelle | Afrik Tilgré : L'actualité du monde rural en un clic

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *