CPR de Goundi : Un temple de savoir non protégé

février 27th, 2021 | par afriktilgre@
CPR de Goundi : Un temple de savoir non protégé
L'autre regard
0

Situé à cheval entre la ville de Koudougou et celle de Réo, le Centre de Promotion Rurale (CPR) de la commune rurale de Goundi forme, depuis 1992, la tranche juvénile du Centre-ouest (16 à 35 ans) aux métiers agricoles. Depuis cette date, 386 jeunes repartis en 15 promotions y sont sortis avec le Certificat de Qualification Professionnel option fermier agricole, un parchemin récompensant deux années de formation de base dans le secteur agro-sylvo-pastoral et halieutique.

En image quelques apprenants de la 15è promotion du CPR de Goundi

Bien que ce centre suscite la fierté des autorités de la région  avec à leur tête  le Gouverneur Irène Coulibaly, les 12 hectares qui constituent son domaine restent sans clôture. Le 26 février 2021 lors de la cérémonie de sortie de la 15e promotion, le premier responsable des lieux, Florent Ouédraogo n’est pas allé avec le dos de la cuillère pour décrier  la vétusté des bâtiments, la vétusté et l’insuffisance des matériels et équipements de production et une faible dotation budgétaire.

En ces temps d’insécurité ambiante au Burkina Faso, les pensionnaires de l’établissement sont exposés à toute sorte de menace, avec ces 12 hectares de terres non sécurisées sur lesquelles ils vivent et produisent tout au long des deux années de formation. Par ailleurs, dans un monde en perpétuelle évolution, tout univers de formation se doit de se doter de matériels performants. Le CPR de Goundi ne doit pas évoluer en marge de cette inéluctable réalité.

Un aspect et pas des moindres à prendre en compte pour le bien être des jeunes qui passent dans ce centre, c’est l’après formation. Même si les apprenants repartent chez eux avec un kit d’installation, et bénéficient de temps à autre de séances de suivi évaluation, selon les explications du Directeur Général Florent Ouédraogo, force est de reconnaitre que cet coup de pouce reste insignifiant aux yeux des jeunes fraichement formés. Que ce soit en maraichage, en grande culture ou en élevage, la plupart d’entre eux n’hésitent pas à demander un appui supplémentaire en matériels, pour s’occuper utilement une fois retournés à la maison.

Tambi Compaoré, représentant de la 15è promotion, a choisi d’investir dans le maraichage.

C’est le cas de Tambi Compaoré et Bienvenue Kanzié, issus de la 15è promotion du CPR de Goundi. L’un veut poursuivre son activité de maraicher et l’autre a décidé de se lancer dans la production céréalière et la transformation. Tous les deux souhaitent ne plus avoir affaire à la houe manuelle et autres matériels d’une autre époque, pour produire. Les autorités en charge de l’Agriculture, des Aménagements Hydro-agricoles et de la MÉCANISATION sont donc interpellées.

Ismaël GANSORE

245 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *