Côte dIvoire / Agriculture : le pays veut produire un cacao respectueux de la forêt

octobre 13th, 2021 | par afriktilgre@
Côte dIvoire / Agriculture : le pays veut produire un cacao respectueux de la forêt
Agri-innove
0

Le cacao est le principal moteur de la croissance économique de la Cote d’ivoire. Cependant, la cacaoculture est malheureusement lune des grandes destructrices de la forêt ivoirienne. Au regard de ce fait, le pays s’est engagé depuis quelques années, dans un vaste projet d’agroforesterie pour « produire un cacao ami de sa forêt ». Le but est de restaurer et sauvegarder la forêt mais également augmenter la productivité.

La Côte dIvoire est le premier producteur mondial de cacao. La filière représente 40% des recettes d’exportation du pays et contribue à hauteur de 15% au Produit intérieur brut (PIB). En plus de ces indicateurs de performance, le rendement de ce secteur reste tributaire de la bonne santé de la forêt ivoirienne. Cependant, depuis plus de 50 ans, le pays fait face à une dégradation extrême de son couvert forestier.

Une situation qui a conduit les autorités à intégrer l’agroforesterie dans les plantations de cacao pour rendre plus fructueuse la cohabitation entre ce produit de spéculation et la forêt.
De 16 millions d’hectares en 1960, le massif forestier ivoirien est passé à 3 millions d’hectares en 2018. Une déforestation et une dégradation accentuée de la forêt dont lune des principales causes directes est la culture extensive du cacao.

La cacaoculture mobilise environ 2,17 millions d’hectares de forêt. Cette diminution du couvert forestier est de nature à exposer la filière cacao à des pertes de productivité.
Pour mener la bataille contre la déforestation qui prend de larges proportions, le Gouvernement s’est engagé, à partir de 2017, à produire un cacao ivoirien zéro déforestation. Ainsi, pour une cacaoculture durable, 100 millions dessences seront distribuées en 2021 aux exploitants agricoles contre 2,1 millions en 2019.

l’État escompte également restaurer 20% du couvert forestier national d’ici 2030. Outre les engagements, L’exécutif a apporté un appui aux bonnes pratiques de l’agroforesterie au profit des producteurs de cacao. Il s’agit de l’encadrement de 120 milles producteurs et la formation de 445 100 autres.

Faut-il le rappeler, l’agroforesterie est un mode de culture qui associe différentes espèces d’arbres et de végétaux, le plus souvent autour dune espèce principale dans le but de créer un écosystème favorable à l’ensemble des espèces en présence. L’agroforesterie dans les plantations de cacao permettra de transformer le paysage forestier en le rendant plus résilient à la sécheresse et aux changements climatiques. Elle va concourir aussi à changer la courbe de rendement du cacaoyer et contribuer à l’amélioration des conditions de vie du paysan.

Fernand Appia

114 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *