Comment réaliser un projet de 100 000 F avec 10 F : Nous répondrons à cette question à la NUPENI : Vivianne Gouba

septembre 1st, 2021 | par afriktilgre@
Comment réaliser un projet de 100 000 F avec 10 F : Nous répondrons à cette question à la NUPENI : Vivianne Gouba
L'autre regard
0

A moins de deux mois de la troisième édition de la Nuit de la Petite Entreprise et de l’Innovation (NUPENI), la promotrice Vivianne Gouba a accordé une interview à la rédaction de afriktilgre.com, afin d’apporter des éclaircissements autour de l’évènement. S’attardant sur la problématique du financement des petites entreprises, le thème de l’édition 2021, la jeune dame croit dur comme fer que ce manque de moyens financiers ne doit pas être une excuse pour ne pas entreprendre et grandir. Elle propose même des astuces pour contourner la difficulté. Lisez-plutôt !

Afriktilgre : Parlez-nous de la NUPENI, de quel genre d’évènement s’agit –il ?

Vivianne Gouba : La NUPENI, c’est la nuit de promotion des petites entreprises. Cette année elle se tiendra du 28 au 30 octobre sur le site du Salon International de l’Artisanat de Ouagadougou (SIAO). C’est un évènement exclusivement dédiée à la promotion des petites entreprises. Nous priorisons les chefs des petites entreprises dans l’échantillonnage de nos activités. Dans l’écosystème entrepreneurial on a tendance à croire que les grands écrasent les petits, donc la NUPENI s’est voulue être le cadre pour magnifier les petites entreprises formelles ou informelles ayant moins de 5 ans d’existence. Mais il faut souligner que dans notre démarche, nous encourageons les entreprises informelles à se formaliser parce qu’elles ont beaucoup de bénéfices à y tirer.

Quel sera le contenu de l’édition 2021

Pour cette troisième édition nous avons au programme des formations, un grand panel, des séries de partages d’expériences, un espace d’expositions pour permettre aux petites entreprises de valoriser leurs produits et services. Le tout sera clôturé par une soirée gala de récompenses le 31 octobre.

Parlez-nous des innovations de cette année.

Comme première innovation, il faut noter que nous avons agrandi l’espace d’exposition. Actuellement nous avons plus de 25 inscrits confirmés, cela fait plus du double de la première édition. La seconde innovation se rapporte au panel. Les participants auront droit à un grand panel qui va réunir autour de 200 participants. Cette année la soirée de gala prendra une autre tournure et un autre format, pour rendre la soirée plus glamour.

Vivianne Gouba a été interrogée par notre reporter Halidou Jonathan Ouédraogo @afriktilgre

Pourquoi avoir décidé de parler du financement des PME cette année ?

Nous avons décidé d’évoquer  la problématique du financement des PME parce que c’est l’excuse première que les petites entreprises avancent pour ne pas s’agrandir. C’est la principale difficulté qui freine le progrès des petites entreprises au Burkina Faso, alors que des solutions pour résorber le problème existent. Voilà pourquoi nous avons une fois de plus décidé d’échanger franchement autour de ce problème. La majorité des petites entreprises ne savent pas comment fructifier le peu de ressources qu’ils ont. Beaucoup ne savent pas rechercher les ressources qu’ils n’ont pas, certains savent qu’il y’a une ressource à quelque part mais n’ont pas la stratégie requise pour saisir la ressource. Lors du panel, des partenaires techniques et financiers viendront présenter leurs offres de financement aux participants et les échanges se feront à bâtons rompus pour permettre à tout un chacun d’avoir la bonne information. Des stratégies d’autofinancement des petites entreprises seront discutées aussi.

Ce n’est pas forcément un prêt bancaire ou un financement extérieur qui peut développer une entreprise. Je suis actuellement cheffe de trois petites entreprises dont une informelle, et je suis coordonnatrice d’un réseau de jeunes femmes entrepreneures. Je gère mes entreprises simultanément, mais jusqu’à qu’à présent même un crédit de 50 000 F CFA à une société de micro crédit ou un fonds particulier je n’ai pas encore contracté, alors que je n’avais pas des millions au départ. Comment est-ce que je suis partie d’une entreprise à deux, trois, agrandir un réseau et même autofinancer ou organiser la NUPENI, vous voyez qu’il y’a tout une histoire derrière, et mon histoire est petite devant d’autres chefs de grandes entreprises que nous allons inviter pour qu’ils viennent partager leurs expériences lors du panel.

Vous êtes à votre troisième édition, comment appréciez-vous votre parcours depuis le début ?

Nous sommes satisfaits depuis le début de l’aventure. Le thème de la présente édition a été demandé à l’unanimité par les participants au panel et aux formations de la précédente édition. C’est pour dire combien nos activités ont un grand impact. Si ce sont les participants qui réclament les mêmes formations, le même thème que l’année passée, force est de constater que le message est passé et nous nous devons d’être satisfaits. Comme vous le savez, dans tout évènement il y’a des difficultés, mais dans la majorité les retours qu’on a sont positifs.

Le visuel de la troisième édition de la NUPENI

Quels sont ces difficultés que vous rencontrez

Au départ nous avons voulu que la NUPENI se tienne en une seule nuit comme son nom l’indique. Mais au fur et à mesure, en fonction des besoins des uns et des autres, nous l’avons élargie à trois jours et vous voyez que cette année nous sommes à quatre jours de manifestations. En fonction de la grandeur d’un projet les difficultés deviennent de plus en plus grandes, des difficultés organisationnelles, des difficultés de mobilisation de ressources, des participants…, même s’il faut se réjouir que la promotrice a beaucoup d’expériences en termes de mobilisation de ressources. Cette expérience a même été un module de formation l’année précédente et cette année ceux qui vont s’inscrire pour participer à la formation vont apprendre des techniques pour réaliser un projet de 100 000 F CFA avec 10 F CFA comme fonds de départ. C’est avec ces stratégies de mobilisation des ressources et des partenaires que nous arrivons à tenir la NUPENI. L’an passé, nous l’avons réalisé à plus de 90% sur fonds propre

Comment procède-t-on pour participer à la NUPENI ?

L’inscription pour la NUPENI c’est 15 000 F CFA et vous donne droit aux modules de formations, au panel, aux partages d’expériences, aux visites de stand et à la soirée gala de récompense. Je profite de votre canal pour demander aux opérateurs économiques de mon pays de tendre la main à cette jeunesse entreprenante, pour qu’ensemble nous puissions bâtir le Burkina Faso. Il y’ a des cerveaux dans ce pays, les jeunes ont besoin de soutien, de coaching pour se réaliser.

Propos recueillis par Halidou Jonathan OUEDRAOGO ( stagiaire) Et Sougrinoma Ismaël GANSORE

323 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *