Campagne Conscience AlimenTerre : Barrer la route aux intrants chimiques, ces « tueurs silencieux »

juin 11th, 2021 | par afriktilgre@
Campagne Conscience AlimenTerre : Barrer la route aux intrants chimiques, ces « tueurs silencieux »
Agro-pastoral
1

Ouagadougou a abrité ce vendredi 11 juin 2021, le lancement officiel de la Campagne Conscience AlimenTerre portée par Inades Formation et le Comité National de l’Agriculture Famille ( CNAF). Organisée autour du Slogan « l’alimentation est un droit et manger, un vote ! » cette campagne veut amener le gouvernement à orienter ses actions vers l’agriculture durable, une agriculture qui preserve la santé des populations.

Ces dernières années Inades Formation, un réseau international de solidarite et d’accompagnement des initiatives de developpement des populations defavorisées, a constaté une degradation de la situation en matière d’alimentation saine. Les cas d’intoxication alimentaire liée à l’utilisation des intrants chimiques sont légions. Ce constat a prévalu à l’initiation de la Campagne Conscience AlimenTerre dans les 10 pays d’intervention de ce reseau international. Au pays des Hommes intègres, elle est est portée par lnades Formation-Burkina et le Comité Nationale de l’Agriculture Familiale ( CNAF).

Le lancement officiel de la campagne a réuni des acteurs de divers horizons : associations, ONG, médias etc.

Ce 11 juin au cours du lancement officiel, Alice Zongo, Directrice Générale de Inades Formation-Burkina, a confié que la présente campagne va travailler à l’education à une citoyennete alimentaire et mener un plaidoyer pour l’adoption d’orientations politiques et réglementaires qui contribuent à l’alimentation saine et durable. En clair, le plaidoyer de la Campagne Conscience AlimenTerre s’organisera autour de la réduction de l’importation des pesticides et des fertilisants chimiques et l’orientation de la subvention de l’État vers les bio-pesticides et les intrants organiques. Il faut noter que les différentes étapes de la campagne seront précisées dans une feuille de route tracée par le CNAF et Inades Formation-Burkina, à l’issue du lancement officiel organisé sous la forme d’un atelier de reflexion.

Alice Zongo Directrice Générale de Inades Formation-Burkina

Parlant d’éducation à une citoyenneté alimentaire, le Président du conseil d’administration de Inades Formation-Burkina, Amidou Benoit Ouédraogo, a laissé entendre qu’il s’agit pour chaque Burkinabè d’opérer de bons choix dans ses habitudes alimentaires. Il dira plus loin que le slogan « L’alimentation est un droit et manger, un vote ! » est « une invité aux citoyens que nous sommes, à nous engager dans le suivi des politiques publiques pour s’assurer que l’Etat respecte bien ses obligations en matière de droit à l’alimentation et effectué des choix conscients en tant que consommateurs, producteurs, transformateurs et/ ou distributeurs.». Amidou Benoit Ouédraogo a souligné aussi que la campagne se veut une contribution aux initiatives du gouvernement, pour réglementer le secteur des intrants, et promouvoir des techniques d’agriculture durable.

Le PCA de Inades Formation-Burkina invite chaque Burkinabè a opéré de bons choix dans son alimentation

Le représentant du ministre en charge de l’agriculture, Dr Mahamadi Nanema a pour sa part indiqué que la campagne mérite l’accompagnement de l’executif, en ce sens qu’elle s’inscrit dans la promotion d’une agriculure qui nourrit l’homme sans détruire la terre. « Lorsqu’on fait la promotion d’une alimenation saine, il faut impérativement impliquer tous les acteurs. Je pense que toutes les catégories socio-professionnelles qui interviennent dans la chaine de production et de consommation sont réunies ici pour échanger et aboutir à quelque chose de concret, par rapport à l’utilisation des facteurs qui rentrent dans le cadre de la dégrdation des sols, et qui tendent à denaturer la qualité des produits que nous consommons.» felicite Mahamadi Nanema chargé de mission au Ministère de l’Agriculture des Aménagements Hydro-agricoles et de la Mécanisation.

<<La campagne mérite l’accompagnement de l’État>>, Dr Mahamadi Nanema représentant du ministre en charge de l’agriculture

L’homme a profité de l’occasion pour rappeler que le ministère conduit actuellement de grands projets sur l’agriculture durable, avec la rédaction de la stratégie nationale sur l’agroécologie et l’agriculture biologique et la mise en place d’un comité focal sur l’agroécologie.

Sougrinoma Ismael GANSORE

323 vues

One Comment

  1. Bassolé Ferdinand says:

    Belle initiative.
    Il faut miser sur la sensibilité auprès des populations,former les spécialistes de ce domaine sur la fabrication des intrants naturels.
    Nous, nous avons déjà commencé la culture biologique dans la province du Sanguié.
    Cette culture vise a préserver la santé parfaite de l’Homme, la régénération des sols et la protection du milieu environnemental.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *