Campagne Agricole de Saison Sèche 2019-2020 : Le dernier joker du MAAH pour combler le vide de la saison humide

novembre 27th, 2019 | par afriktilgre@
Campagne Agricole de Saison Sèche 2019-2020 : Le dernier joker du MAAH pour combler le vide de la saison humide
Agro-pastoral
0

C’est au terme d’une campagne agricole de saison humide marquée par des attaques de la chenille légionnaire d’automne, des poches de sècheresse et l’insécurité qui ont causé une baisse de 2,92% de la production céréalière prévisionnelle 2019-2020 que, le Ministre en charge de l’agriculture a lancé ce 26 novembre à Dakola la campagne agricole de saison sèche 2019-2020. Bâtit autour de trois objectifs majeurs, la présente campagne agricole a pour ambition de combler le gap de la saison humide.

La campagne agricole de saison humide 2019 n’a pas fait de cadeau au pays des Hommes intègres. Elle affiche en effet un bilan de 17 provinces classées déficitaires au regard du taux de couverture des besoins céréaliers, et trois provinces (le Soum, le Bam, et le Sanmatenga) en situation de crise alimentaire. C’est dans ce contexte de baisse de la production céréalière due à l’insécurité, à la sécheresse et aux attaques de nuisibles que, le ministre de l’Agriculture et des Aménagements Hydro-agricoles (MAAH), Salifou Ouédraogo, a présidé le lancement officiel de la campagne agricole de saison sèche 2019-2020, ce 26 novembre à Dakola.

Face à cette insécurité que vit la Burkina Faso, le ministre en charge de l’agriculture a déclaré qu’il est indispensable de développer des initiatives adéquates pour sécuriser la chaine de production et de commercialisation des produits de la campagne sèche. Cette volonté a prévalu au choix du thème de la cérémonie de lancement de la campagne sèche qui se décline comme suit : « Intensification et commercialisation de la production de campagne sèche : Défis et opportunités dans un contexte d’insécurité. ».

Le ministre en charge de l’agriculture estime qu’il est indispensable de développer des initiatives adéquates pour sécuriser la chaine de production et de commercialisation des produits de la campagne sèche

En ce qui concerne l’intensification de la production de saison sèche, qui constitue le premier objectif de la campagne, Salifou Ouédraogo a laissé entendre que son ministère veut réaliser une production de 44 026 tonnes de céréales et 181 165 tonnes de produits maraichers. Pour atteindre ces résultats, il a annoncé un appui de 359 tonnes de semences améliorées, 2719 tonnes de NPK, 1474 tonnes d’urée et de pesticides appropriés à des couts subventionnés au profit des producteurs céréaliers. A l’endroit des producteurs maraichers, il est prévu 160 tonnes de semences améliorées, 2 709 tonnes de NPK, 974 tonnes d’urée subventionnées.

S’exprimant sur le deuxième objectif de la campagne sèche 2019, à savoir le renforcement et la sécurisation des moyens d’existence des déplacées internes, le patron de l’agriculture Burkinabè a confié que ces personnes déplacées bénéficieront d’un accompagnement pour la mise en valeur de 330 hectares.

Une vue de quelques matériels qui ont été remis aux producteurs au cour de la cérémonie

Quant au troisième et dernier objectif de la campagne sèche qui consistera à développer et encourager les mécanismes novateurs de commercialisation des productions de campagne sèche, le premier responsable du département de l’agriculture a souligné que des rencontres seront organisées avec les acheteurs des produits maraichers Burkinabè, notamment le Ghana grand acheteur sous régional de la tomate Burkinabè, afin de réduire au maximum les achats bord-champ. Il faut noter que toutes ces actions concourent au rattrapage du manque à gagner de la saison humide écoulée.

           Les producteurs de tomates exposent leurs problèmes

Le top départ officiel de la campagne de commercialisation de la tomate a été greffé à la cérémonie de lancement officiel de la campagne agricole de saison sèche 2019-2020. Le président de la Fédération Nationale des Coopératives de Producteurs de Tomates, Samuel Bouda a profité de cette tribune pour affirmer que les producteurs de tomates rencontrent des problèmes de méventes et de tracasseries douanières.

Samuel Bouda président de la Fédération Nationale des Coopératives de Producteurs de Tomates

A cela s’ajoute l’ensablement de certains barrages et le manque d’unités de transformation qui engendrent respectivement des contraintes de production et des pertes de récoltes. Samuel Bouda a souhaité par la suite que l’état subventionne les intrants agricoles au profit des producteurs de tomates.

Évoquant les difficultés d’écoulement de la tomate, le président de la Chambre National d’Agriculture, Moussa Koné n’est pas passé par quatre chemins pour dire que sur 100 producteurs de tomates, il n’est pas sûr que 15 produisent cette année, en raison des méventes. Comme pour répondre à cette carence d’unités de transformation de la tomate, Salifou Ouédraogo a précisé que 5 unités de transformation de produits maraichers seront remises aux producteurs maraichers, en marge du lancement de la campagne sèche.

La cérémonie officielle de lancement de la campagne agricole de saison sèche et de la campagne de commercialisation de la tomate a pris fin avec la remise de matériels et d’intrants agricoles à des regroupements de producteurs et à des particuliers.

Sougrinoma Ismaël GANSORE

136 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *