Burkina Faso : 51,8 millions de $ pour maintenir la stabilité macroéconomique, réduire la pauvreté et créer une marge de manœuvre budgétaire pour les dépenses prioritaires dans le pays

novembre 24th, 2020 | par afriktilgre@
Burkina Faso : 51,8 millions de $ pour maintenir la stabilité macroéconomique, réduire la pauvreté et créer une marge de manœuvre budgétaire pour les dépenses prioritaires dans le pays
L'autre regard
0

Ce nouveau financement de 51,8 millions $ en faveur du Burkina Faso fait suite à une série d’aides du #FMI visant à renforcer la lutte du gouvernement contre la Covid-19. Il s’inscrit dans le cadre d’un accord FEC signé en 2018 pour maintenir la stabilité macroéconomique.

Le Burkina Faso bénéficiera d’un nouveau financement de 51,8 millions $ de la part du Fonds monétaire international (FMI). C’est ce qu’a annoncé l’institution dans un communiqué publié vendredi 13 novembre dernier.

Le financement a été accordé dans le cadre d’un accord triennal du Burkina Faso au titre de la FEC, qui a été approuvé par le conseil d’administration du FMI le 14 mars 2018. Ce programme vise à maintenir la stabilité macroéconomique, à réduire la pauvreté et à créer une marge de manœuvre budgétaire pour les dépenses prioritaires dans le pays.

Alors que la pandémie de Covid-19 sévit également sur le continent, le pays ouest-africain a bénéficié ces derniers mois d’aides particulières du FMI, notamment en ce qui concerne ses finances publiques. Dans ce cadre, un allègement du service de la dette du Burkina Faso avait été accordé par le FMI pour la période d’avril à octobre 2020, avant d’être prolongé pour la période d’octobre 2020 à avril 2021.

« Le conseil d’administration a également approuvé les demandes des autorités pour une dérogation pour non-respect du critère de performance du programme sur le plafond du financement intérieur net du gouvernement et le rééchelonnement de l’accès à la cinquième revue, pour rendre disponible le sixième décaissement le 13 novembre 2020 » indique également le FMI.

Notons que pour 2020, l’institution s’attend à une contraction de 2,8% de l’économie burkinabé, alors que le déficit budgétaire lui, devrait se creuser pour atteindre environ 5,3 % du PIB.

Avec: Agence Ecofin

227 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *