Burkina : Campagne de Reforestation 2021: Attention aux opérations de reboisement caméra

août 7th, 2021 | par afriktilgre@
Burkina : Campagne de Reforestation 2021: Attention aux opérations de reboisement caméra
Le fil vert
0

La ville de Ziniare, chef-lieu de la province de l’Oubritenga, dans la région du Plateau Central accueille ce samedi 7 août, la célébration de la troisième Journée Nationale de l’Arbre ( JNA). Une initiative du chef de l’État burkinabè visant à restaurer et renforcer la couverture végétale du pays des Hommes intègres. Cette célébration marque également le début officiel de la campagne de reforestation 2021. A cet effet, des services du public, du privé, des organisations de la société civile et bien d’autres entités organisent un peu partout sur l’ensemble du territoire national, des opérations de reboisement afin de soutenir cette volonté de reverdir le Burkina Faso.

La plupart de ces journées de reboisement sont réalisées avec un grand renfort médiatique, sous fond de fête foraine ou encore de << Djandjoba>>. Mais après le bain de foule mediatique, le suivi et l’entretien des plants mis en terre est le cadet des soucis chez ces défenseurs de l’environnement de circonstance. Le plus important c’est de bien paraître dans la presse, pour s’arracher un pseudo titre d’entreprise ou d’organisation éco-citoyenne. Ce genres de séances de plantation d’arbres, nous les qualifions de “reboisement caméra”
Une grille de protection, entourant un site de reboisement sur la ceinture verte de Ouagadougou, détruite faute de suivi rigoureux

Une grande partie des structures qui initient les cérémonies de plantation d’arbres, avant et après le début officiel de la campagne de reforestation, rassurent à chaque fois qu’un plan de suivi a été concocté pour assurer un bon taux de reprise. Pour la circonstance, des grilles de protection sont souvent mis autour des arbres. Cependant, lorsque vous refaites un tour sur les sites de reboisement, quelques mois après, pendant la saison sèche notamment, le constat est tout simplement triste. Quand les plants ne sont pas laissés à la merci des animaux, ils connaissent un niveau d’assèchement avancé dû à un manque d’eau.

En 2019, la plupart des pieds d’arbres plantés par le ministère de l’Economie des Finances et du Développement, le Fonds Permanent de Développement des Collectivités Territoriales et les volontaires de l’Assemblée Nationale sur la ceinture verte de Ouagadougou sont morts avant d’atteindre une année. Pourtant une grille de protection entourait chacun des trois sites de reboisement, mais une supervision rigoureuse des lieux faisait défaut.

Il est bien vrai que le Ministère de l’Environnement de l’Economie Verte et du Changement Climatique encourage depuis quelques années le reboisement sur des sites sécurisés, toutefois force est de constater que cette mesure est foulée au pied sur le terrain. Chaque acteur doit donc repenser sa manière d’agir, afin de mieux protéger l’arbre au Burkina Faso.

Sougrinoma Ismaël Gansore

452 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *