Atelier sur le NOAM: Les acteurs proposent des idées pour une nouvelle orientation stratégique

novembre 25th, 2021 | par afriktilgre@
Atelier sur le NOAM: Les acteurs proposent des idées pour une nouvelle orientation stratégique
Agri-innove
0

Dans le cadre de la 6ème conférence Ouest-Africaine de l’agriculture biologique, a eu lieu le mercredi 24 novembre 2021 à Ouagadougou, un atelier d’échange d’idées, de partage de connaissances, de clarification des points de vue des acteurs relativement au Mouvement National pour l’Agriculture Biologique (NOAM). Au sortir des travaux, des idées pertinentes ont été proposées pour donner une nouvelle orientation stratégique au NOAM, le rendre plus dynamique et plus consensuel.

Quels sont les ingrédients du succès d’un mouvement national pour l’agriculture biologique (NOAM)? Qu’est ce qui le rend attrayant pour les acteurs, et quels services devrait-il offrir? Quels sont les obstacles à la création d’un NOAM largement reconnu? Telles sont les interrogations qui ont guidé l’atelier du mercredi 24 novembre 2021. A travers la technique interactive du World Café, René Emmenegger de l’International Federation of Organic Agriculture Movements (IFOAM) a mené les travaux qui ont permis aux participants d’échanger les idées, d’apprendre les uns des autres, de clarifier leurs points de vue et leurs attentes vis à vis du NOAM.

René Emmenegger de l’IFOAM ( main en l’air) a dirigé les discussions

Ainsi, en matière d’obstacles dans la construction d’un NOAM reconnu, les participants ont souligné le problème de gouvernance (problème de leadership), la question de la certification par les tierces et celle du SPG (Système Participatif de garantie) ainsi que la dépendance financière extérieure. Pour qu’un NOAM puisse contribuer à la mise en place de systèmes et de marchés alimentaires durables, ils recommandent d’avoir une base juridique pour renforcer le secteur de l’agriculture biologique, faciliter la production et l’accessibilité des intrants biologiques mais aussi, mettre en place un système de certification SPG.

Quelques participants à l’atelier d’échange d’idées

Accompagner les acteurs à avoir la certification SPG, faire des plaidoyers pour intégrer l’agriculture biologique dans les politiques publiques, renforcer les capacités des acteurs sur les pratiques agroécologiques et d’agriculture biologique, tels sont les services qu’un NOAM devait offrir à ses parties prenantes, à en croire les participants. Pour eux, un NOAM peut être attrayant pour ses membres si un bon leadership est assuré, si les objectifs et plans d’actions sont clairs et bien exécutés. Enfin, s’il y a une bonne implémentation des différentes actions.  Ils estiment également que la réussite d’un NOAM nécessite une  équipe  dynamique, compétente et engagée, la définition d’un plan d’action avec des missions et des objectifs clairs et enfin, le NOAM doit disposer d’une  indépendante financière.

Les contributions collectives et les idées qui sont sorties de cet atelier vont servir à développer un guide pour les NOAM et définir une nouvelle orientation stratégique. Elles vont permettre aux acteurs de parler d’une même voix, et permettre au mouvement de jouer véritablement son rôle dans le développement du secteur biologique.

Fernand Appia

340 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *