Agroalimentaire : Le soumbala célébré à Ouagadougou

juillet 11th, 2022 | par afriktilgre@
Agroalimentaire : Le soumbala célébré à Ouagadougou
Agroalimentaire
0

<< Quelle politique pour la valorisation des produits bio dérivés des Produits Forestiers non ligneux. ». C’est sous ce thème s’est tenu du 1er au 2 juillet 2022 à Ouagadougou, la deuxième édition du festival de soumbala. Une initiative de L’association Bien le Tama. A la veille de la clôture, Sylvie Zongo née Dala, Présidente de ladite association, a confié à Afriktilgre le sens de leur engagement pour cette épice locale. Lisez plutôt.

Afriktilgre: Pourquoi avoir initié un tel festival

Sylvie Zongo/Dala : J’ai initié un tel festival pour encourager et donner plus de visibilité aux acteurs qui interviennent dans le domaine de l’agro-alimentaire, plus précisément celles qui interviennent dans la transformation des graines de néré en soumbala. L’idée est de les encourager à nous produire du soumbala de qualité , tout en sensibilisant la population sur les vertus du soumbala. Ils n’y a pas de raisons commerciales derrière. La preuve est que nous offrons les stands gratuitement pour leurs permettre d’accroitre leur part de marché. Je défends un idéal derrière ce festival. Celui d’encourager les acteurs à fournir les meilleurs produits, afin que tous les consommateurs puissent bénéficier des vertus du soumbala.

Et quelles sont ces vertus

Le soumbala aide à combattre les problèmes d’anémies, l’hypertension artérielle, les ulcères et j’en passe.

Au Burkina Faso, est-ce que vous pensez que le soumbala est vu d’un bon œil, aussi bien au sein de la population qu’au sommet de l’état

Je peux dire que oui, le soumbala est vue d’un bon oeil. La preuve est qu’il est commercialisé dans les alimentations.

Mme Sylvie Zongo/Dala promotrice du festival du soumbala.

Pourquoi on n’arrive donc pas à l’adopter à grande échelle, comme une alternative aux bouillons industriels qui commencent à être décriés par plusieurs Burkinabè

Nous avons des difficultés à cause de ce qu’on appelle le parfum du soumbala que les gens n’aiment pas trop. Mais je ne dirai pas que ces difficultés empêchent la consommation du soumbala. Chaque week-end, beaucoup de personnes se retirent un peu hors de Ouaga pour consommer le bon riz au soumbala. Je pense que ce sont des difficultés en voie de disparition. Les gens commencent à prendre conscience des vertus du soumbala.

Quels messages voulez-vous faire passer à travers cette deuxième édition qui se penche sur la politique à mettre en œuvre pour valoriser les produits bio dérivés des PFNL

Je veux non seulement pousser les acteurs à toujours viser la qualité, et demander aux différents partenaires financiers et techniques un accompagnement pour l’acquisition d’équiquements de transformation. La transformation des graines de néré en soumabala est très pénible ce qui amène souvent les femmes à utiliser des produits chimiques qui dénaturent le produit.

Sous quels formats le soumbala est vendu sur le marché local et même international

Nous avons le soumbala en granulé, en poudre, en boule. Il y’a également le soumbala torréfié et le bouillon de soumbala.

Du soumbala en boule.

Parlez-nous de l’association bien le Tama

Bien le Tama qui veut dire en langue San la prévoyance est une jeune association, créée en juin 2021. Elle œuvre pour la réinsertion sociale et économique de la femme et de la jeune fille. Nous donnons des formations dans les écoles primaires. Nous apprenons aux enfants à produire des amuses bouches avec les produits locaux.

Propos recueillis et retranscris par Assetou Zalle ( Stagiaire)

102 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *