A moins d’un mois de la COP 27, des jeunes burkinabè discutent de leur contribution pour un climat sain

octobre 28th, 2022 | par afriktilgre@
A moins d’un mois de la COP 27, des jeunes burkinabè discutent de leur contribution pour un climat sain
Le fil vert
0

En prélude à la 27è Conférence des parties (COP 27) prévue en novembre 2022 en Egypte, la Coordination nationale des jeunes pour l’environnement et le climat (CONAJEC), en partenariat avec le Réseau des organisations de jeunesse pour l’environnement et le climat (ROJEC) a organisé l’édition 2022 de la conférence nationale des jeunes sur le climat et les ODD. Cet événement qui se tient les 28 et 29 à Ouagadougou, vise à outiller davantage les jeunes sur les notions de changement climatique afin qu’ils puissent mener efficacement la lutte contre ce phénomène.

Ils sont venus ( ndlr jeunes) de toutes les localités du Burkina Faso pour prendre part à cette conférence nationale.

Doter la jeunesse de capacités critiques leurs permettant de s’approprier les mécanismes de lutte contre le changement climatique et les enjeux de la COP 27 ;  former les jeunes sur les Contributions déterminées au niveau national (CDN) ; renforcer le niveau d’information des jeunes sur les enjeux et mécanismes d’action contre les changements climatiques et préparer les représentants des jeunes à la COP 27, Ce sont entres autres, les objectifs fixés par les organisateurs de cette activité qui a drainé une centaine de jeunes venus des différentes régions du Burkina Faso. Ces jeunes issus des services publics, entreprises, universités, des instituts étatiques et institutions internationales vont échanger deux jours durant autour du thème : « Contribution des jeunes à la mise en œuvre de la Contribution déterminée au niveau national (CDN) : de la formation à l’action ».

Aboubakar Lougue invite les 100 jeunes présents à Ouagadougou à s’approprier les différents travaux de la conférence.

D’entrée de jeu, le  coordonnateur de la CONAJEC, Aboubakar Lougué a laissé entendre que, de cette rencontre avec la jeunesse à l’esprit chlorophyllé découleront des recommandations pour amener l’État Burkinabè et les partenaires au développement à engager  plus d’actions en faveur de la justice climatique. Pour le Directeur pays de l’ONG Oxfam Dr Omer Kabore, par ailleurs parrain de l’événement, la question du changement climatique est une préoccupation mondiale qui doit intéresser toutes les couches sociales. Le Burkina Faso est le 14 pays le plus vulnérable au monde face aux effets néfastes du changement climatique. Il urge selon lui que des actions soient engagées pour une meilleure protection de l’environnement, qui d’ailleurs se dégrade de plus en plus avec la crise sécuritaire dans le pays.

“La question du changement climatique est une préoccupation mondiale qui doit intéresser toutes les couches sociales.”; Dr Omer Kabore Directeur pays de l’ONG Oxfam.

C’est pourquoi, il a salué la tenue de cette conférence nationale qui va permettre de mettre l’accent sur la sensibilisation pour une prise de conscience des communautés. Jean Marie Sourwema, Directeur Général du Fonds d’intervention pour l’environnement (FIE), a renchéri en disant que la recherche de solutions contre le changement climatique est une nécessité au regard des dommages enregistrés. «  Nous encourageons et accompagnons les jeunes sur les actions de plaidoyer, afin qu’ils puissent monter des projets vers la recherche du financement qui va atténuer les effets du changement climatique. » a-t-il poursuivi.

Dans cette lutte contre les effets néfastes du changement climatique, la jeunesse demeure un maillon essentiel selon l’assistant en suivi évaluation au niveau de la coordination nationale de la Grande Muraille Verte pour le Sahel et le Sahara, Jean Jacques Bayiré. Il a insisté sur leur implication dans la recherche de solutions meilleures.

Jean Jacques Bayiré représentant de la Grande Muraille Verte pour le Sahel et le Sahara, à la cérémonie d’ouverture de la conférence.

Tout en mesurant sa responsabilité dans cette bataille pour un climat plus sain, la jeunesse a réaffirmé son engagement à tenir haut le flambeau de la lutte. D’ores et déjà, elle compte apporter des propositions au sortir de cette conférence nationale des jeunes sur le climat et les ODD. « Nous allons faire des recommandations pour que les représentants du Burkina Faso à la COP 27 puissent porter la voix du Pays. » a conclu Bassirou Sawadogo Secrétaire Général de la Coordination régionale des jeunes pour l’environnement et le climat des Hauts-Bassins.

Bassirou Sawadogo Secrétaire Général de la Coordination régionale des jeunes pour l’environnement et le climat des Hauts-Bassins.

Serge Ki   

884 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *