3ème édition CAMUV : L’événement se veut être un carrefour sous-régional de promotion de l’environnement à travers la musique

mai 12th, 2021 | par afriktilgre@
3ème édition CAMUV : L’événement se veut être un carrefour sous-régional de promotion de l’environnement à travers la musique
Le fil vert
0

En marge de la célébration de la 3ème édition du Carrefour de la Musique Verte (CAMUV), prévue le 26 juin prochain, le comité d’organisation a convié le Fonds Vert pour le Climat, le Programme d’Investissement Forestier (PIF) ainsi que l’artiste musicien Alif Naaba à animer un panel autour des thèmes : << La mobilisation de la finance climat.>>, << Les acquis du Programme d’Investissement Forestier et de mise en oeuvre du processus REDD+ au Burkina>>, et << La musique une solution à la crise environnementale.>>. Ce panel a eu lieu à Ouagadougou dans les locaux de Burkina Business Incubator (BBI)

Le Comité d’organisation du CAMUV veut à travers ce panel montrer que la musique et l’environnement peuvent faire bon ménage. Les artistes étant des détenteurs de pouvoir de mobilisation et d’influence, leurs oeuvres peuvent amener les populations au changement de mentalité, à la préservation de l’environnement, foi de Boureima Zoundi promoteur de l’événement. Au déla des artistes, les organisateurs veulent aussi faire connaitre les actions des institutions partenaires notamment le Fonds Vert pour le Climat et le Programme d’Investissement Forestier (PIF).

Une vue des trois panelistes avec à l’extrême droite Boureima Zoundi promoteur du CAMUV

A en croire Boureima Zoundi, le CAMUV est un projet vert, pour celà il est tout à fait naturel d’aller vers les institutions de ce domaine, pour qu’ils l’ adoptent et le soutiennent. Au delà des questions de financement et de soutien, Boureima Zoundi affirme que ces institutions mènent des actions sur le terrain qui sont moins connues et ce panel va permettre de les mettre en lumière. << En terme d’acquis, le PIF a permis de mettre en place environ 1500 biodigesteurs ( chaque biodigesteur permet d’économiser 0,33 ha de forêt par an). Le programme a aménagé aussi des plateformes maraîchers pour éviter que les femmes coupent le bois pour faire du commerce. Des centaines de mille de plants ( environ 300 000) ont été également mis en terre grâce au programme. Tout ce que nous faisons c’est pour économiser de la forêt, lutter contre les changements climatiques et la pauvreté.>>, explique le chargé de communication du PIF.

Les trois communications ont été faites devant un public sensible à la cause environnementale

Nebyida Lamech Kabore spécialiste en atténuation aux changements climatiques au sein du Secrétariat Exécutif du Fonds Vert pour le Climat a poursuivi en indiquant que, son institution a jusque là financé 8 projets qui se sont donnés pour mission d’atténuer les risques des changements climatiques, ou de permettre aux populations de s’adapter aux dérèglements du climat.

Nebyida Lamech Kabore spécialiste en atténuation aux changements climatiques au sein du Secrétariat Exécutif du Fonds Vert pour le Climat

Pour sa part, Alif Naaba a promis de s’attaquer encore à la problématique environnementale dans son prochain album. Estimant que les autorités Burkinabè manquent de courage en matière de prise de décision sur les questions environnementales, le prince aux pieds nus a invité ces derniers à plus de rigueur et d’audace. << La question des sachets plastiques, il y’a une loi au Burkina Faso contre ça, mais ça n’a jamais été appliquée.>>, dit-il pour étayer ses propos.


Fernand Appia

79 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *