Projet « Entreprises sociales innovantes et participation des migrants pour l’inclusion sociale au Burkina Faso »: Une fin sur des notes de “Beo-neere”

juin 2nd, 2021 | par afriktilgre@
Projet «  Entreprises sociales innovantes et participation des migrants pour l’inclusion sociale au Burkina Faso »: Une fin sur des notes de “Beo-neere”
Agri-innove
0

Débuté en 2018, le projet « Entreprises sociales innovantes et participation des migrants pour l’inclusion sociale au Burkina Faso », cofinancé par l’Agence Italienne pour la Coopération au Développement et mis en œuvre dans la région du Centre-ouest, Centre-est et Centre par l’ONG Manitese, la fondation ACRA, la coopérative Chico Mendes et des structures locales, a refermé officiellement ses portes ce mardi 1er juin 2021, à travers un atelier bilan dans la ville de Koudougou.

D’un cout total d’environ 1 900 000 d’euros, ce projet de trois ans qui devait travailler à développer des activités productives, entrepreneuriales et innovantes, avec la participation de la diaspora Burkinabè vivante en Italie, a formé et financé une vingtaine de petites et moyennes entreprises ( PME), tenues par des jeunes et des femmes, entre le Boulgou ( Centre-est) et le Boulkiemde ( Centre-ouest). Ces PME évoluant en milieu rural, dans le secteur agroalimentaire principalement, ont reçu chacune un financement allant de  3 millions de F CFA à 6 millions de F CFA, à en croire la cheffe de projet Giulia Polato. Elle a souligné par la suite qu’en dehors des financements, les bénéficiaires ont eu droit à des formations en alphabétisation, en accès aux crédits et en formalisation d’entreprises avec la loi OHADA.

Giulia Polata Représentante pays de l’ONG Manitese et chef du projet

Parmi ces entreprises ayant bénéficié d’un accompagnement figure la coopérative Zemestaaba du Boulkiemde. Toute heureuse, sa Présidente, Mme Zagre Kologo Noaga Jeanne a signifié que l’appui du projet a permis à la coopérative d’acquérir des étuveuses professionnelles, des fours à gaz, des emballages de qualité et bien d’autres matériels incontournables dans la transformation professionnelle des produits agricoles et forestiers non-ligneux. « Grace à la formation sur l’accès aux crédits, nous avons pu contracter et rembourser un crédit. Avec l’appui de Manitese, à travers les Journées Agro-Alimentaires (JAAL) organisées par la Fédération des Industries Agro-alimentaires du Burkina Faso (FIAB), nous avons reçu 10 millions pour renforcer nos capacités » ajoute- t-elle.

Mme Zagre Kologo Noaga Jeanne, Présidente de la coopérative Zemestaaba du Boulkiemde

A Ouagadougou, le projet a travaillé à développer une culture du consommer sain et local, par le biais de concerts, d’ateliers, de séances de théâtres forums etc., selon les explications de  Giulia Polato.

Avec la diaspora, il a tenu  des rencontres de sensibilisation, afin de l’inciter à soutenir des activités économiques au pays. Grâce à ces sensibilisations, des Burkinabè de l’Italie ont cofinancé des entreprises bénéficiaires des appuis du projet.

Giulia Polato a poursuivi en indiquant que leurs interventions ont aidé 900 jeunes et 60 enseignants à bénéficier d’une formation sur l’informatique de base, dans l’optique d’impulser la recherche de solutions innovantes et technologiques liées à la filière agroalimentaire.

L’atelier a reuni toutes les parties prenantes du projet

A terme, le projet a permis également à de petits producteurs d’avoir accès aux grands marchés comme Ouagadougou, en soutenant l’entreprise sociale Ke Du Burkinabè ( KBD) qui s’illustre dans la distribution de produits sains et locaux.

La cheffe de projet a clôturé ses propos en souhaitant un “Beo-neere” (un avenir meilleur, en langue mooré) aux bénéficiaires, avec l’appui de la mairie de Ouagadougou, la fédération des industries agroalimentaires du Burkina Faso, et bien d’autres partenaires locaux.

Domenico Bruzzone, Directeur du bureau régional de l’Agence Italienne pour la Coopération au Développement à Ouagadougou

Pour sa part, le Directeur du bureau régional de l’Agence Italienne pour la Coopération au Développement à Ouagadougou, Domenico Bruzzone a d’emblée traduit toute sa satisfaction face aux différents résultats engrangés, avant de saluer la participation de la diaspora dans l’exécution du projet.

« En Italie, il y’a une diaspora Burkinabè bien intégrée, bien active et économiquement autonome qui participe à notre développement. » a-t-il mentionné.

Sougrinoma Ismaël GANSORE

54 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *