Projet BBB : Faire des Affaires tout en conservant la Biodiversité

février 22nd, 2020 | par afriktilgre@
Projet BBB :                      Faire des Affaires tout en conservant la Biodiversité
Le fil vert
0

ICCO Coopération et son partenaire du consortium (BirdLife Pays Bas) ont lancé ce jeudi 20 février 2020 à Ouagadougou le projet d’appui à la diversité biologique et à l’économie verte (PADEV), en anglais « Bird – Bees and Business » (BBB). Un projet qui veut aider les populations de la bande du karité en Afrique de l’Ouest à faire des affaires grâce à la présence des oiseaux et des abeilles dans leurs zones.

Au cours de la cérémonie de lancement du projet d’appui à la diversité biologique et à l’économie verte intervenue le jeudi 20 février dernier à Laico Hôtel, la directrice régionale de ICCO Coopération en Afrique de l’Ouest, Leena Lindqvist, a confié que le projet est né à partir des constats de menaces qui pèsent sur les oiseaux migrateurs. Selon elle, chaque année 5 milliards d’oiseaux migrent d’Europe vers la bande du karité en Afrique de l’Ouest, mais ces animaux n’arrivent pas à trouver la quiétude souhaitée, puisque leurs habitats constitués principalement des espèces d’arbres épineux sont systématiquement abattus pendant les défriches agricoles, et leurs sources principales d’alimentation (les insectes) sont décimés du fait de l’utilisation anarchique des produits chimiques dans l’agriculture.

Afin de trouver des solutions à ces menaces qui nuisent à l’épanouissement des oiseaux migrateurs, ICCO Coopération et BirdLife Pays Bas ont décidé d’amener les communautés vivantes dans la bande du Karité à faire des affaires grâce à la présence des oiseaux et des abeilles, à en croire Leena Lindqvist.

Leena Lindqvist directrice régionale de ICCO Coopération en Afrique de l’Ouest

Pour atteindre ce but, le coordonnateur du projet Ardjouma Sanou a laissé entendre qu’ils travailleront à faire comprendre aux populations que, pour bien produire le karité (un arbre stratégique pour l’économie Burkinabè), il ne s’agit pas seulement de couper les autres arbres et de produire uniquement le karité.

« La productivité du Karité a besoin des insectes polinisateurs, et d’oiseaux. Cette pollinisation nécessite aussi la présence d’espèces végétales, parce que des espèces animales comme les abeilles vivent grâce aux fleurs. Si les abeilles vivent dans un environnement avec une seule fleur, elles risquent de disparaitre après l’unique floraison, pourtant ils sont incontournables dans la productivité des arbres comme le karité », a t-il déclaré.

Ardjouma Sanou coordonnateur du projet BBB

 Il a poursuivi en indiquant que, le projet BBB est structuré en trois composantes majeures. Il s’agit de la gestion des paysages (eaux, terres, forets), du développement des chaines de valeur du karité, de la mise en exergue et la diffusion des approches innovantes. Sur le terrain le projet sera mis en œuvre par des structures du pays des hommes intègres comme la fondation Naturama, l’ONG Tipalga, Aprossa Afrique Verte etc. Il est financé sur une durée de 4 ans à hauteur de 1,8 milliard de FCFA par la loterie nationale des Pays Bas.

Après avoir rassuré les porteurs du projet BBB de la présence du ministère de l’environnement de l’économie verte et du changement climatique à leurs côtés, le directeur de cabinet dudit ministère, Rasmané Ouédraogo, a souhaité que les bénéficiaires du projet se l’approprient afin qu’il connaisse un succès éclatant.

Sougrinoma Ismaël GANSORE

21 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *