PROGRAMME BURKINA STARTUPS : Des lauréats réclament un cadre juridique pour mieux grandir

juillet 10th, 2019 | par afriktilgre@
PROGRAMME  BURKINA STARTUPS : Des lauréats réclament un cadre juridique pour mieux grandir
L'autre regard
0

Les lauréats posant avec le MINEFID et ses collaborateurs

Les lauréats de la deuxième session de l’édition 2018 du programme Burkina Startups ont reçu le mardi 9 juillet dernier à Ouagadougou leur attestation de succès, en présence du ministre en charge de l’économie des finances et du développement. Au cours de la cérémonie, le représentant des recipiendaires a demandé au ministre de plaider en leur faveur pour la mise en place d’un cadre juridique des Startups.

Ce sont au total 22 porteurs de projets innovants qui ont reçu ce 9 juillet leur attestation de succès à la deuxième session de l’édition 2018 du programme Burkina Startups piloté par le Fonds Burkinabè de Développement Économique et Social ( FBDES). Une année après avoir reçu le soutien du contribuable Burkinabè, ces jeunes chefs d’entreprise ont attiré l’attention du Ministre de l’Economie des Finances et du Développement ( MINEFID) Lassané Kabore, à travers la voix de leur porte parole Ousmane Kere, sur les problèmes de fiscalité,d’investissement et de financement complémentaire qu’ils rencontrent dans leur évolution. Selon Ousmane Kere beaucoup de Startups n’arrivent pas à acquérir leurs équipements à cause de la chèreté de la fiscalité et de l’obligation de disposer d’un agrément. Pour venir à bout de ces difficultés, le représentant des lauréats a souhaité que le chef du département de l’économie des finances et du développement soit leur porte-voix auprès de l’exécutif, afin que le Burkina Faso puisse se doter d’un cadre juridique des Startups.

Ousmane Kere, au milieu en vert blanc, souhaite que le Burkina Faso se dote d’un cadre juridique des Startups

 S’exprimant sur les préoccupations à lui poser, Lassané Kabore a laissé entendre que, toute structure a besoin d’accompagnement dès les premières années de sa naissance. Pour cela, il a confié qu’il a instruit le directeur général du FBDES de travailler en tandem avec la direction générale des impôts, pour accompagner ces jeunes entreprises sur leur cinq premières années d’existence. De plus, Il s’est dit fier de constater que deux années après la mise en place du programme Burkina Startups, des bénéficiaires de la première cohorte aient déjà leurs produits dans des supermarchés de la place.

Le MINEFID Lassané Kabore a promis de trouver des mécanismes pour accompagner les Startups sur leurs cinq premières années de fonctionnement

Par la suite Seydou Kroma promoteur de la Startup Bio Fanga a déclaré que, l’attestation qu’il vient de recevoir peut l’aider à développer son activité même au delà des frontières du Burkina. Mais pour le moment, son voeu le plus cher est l’accélération du processus de certification bio de son site maraîcher, afin de lui permettre de vendre ses produits pour rembourser le prêt dans les meilleurs délais.

Seydou Kroma posant fièrement avec son attestation

 Rappelons qu’en dehors de la séance de remise d’attestation, l’Association des Veuves et Orphelins du Houet ( AVOH) et le Groupement Dewral Weltaaree ont bénéficié chacun d’un chèque de 10 millions de subventions d’investissement, toujours dans le cadre des activités de financement du FBDES.

Sougrinoma Ismaël GANSORE

38 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *