Paré Olivier: “Notre perspective est de vulgariser en 5 ans la semence fourragère au Burkina Faso.”

octobre 26th, 2020 | par afriktilgre@
Paré Olivier: “Notre perspective est de vulgariser en 5 ans la semence fourragère au Burkina Faso.”
Agri-innove
0

La production fourragère n’a pas de sécret pour la Société coopérative de production de fourrage Balonafa de Dédougou ( SCOOP-BNPF). Dirigée par Paré Olivier, la SCOOP-BNPF est spécialisée dans la production fourragère et dans la vente de fourrage. La Coopérative se fixe comme objectif de vulgariser réellement la semence fourragère au Burkina Faso d’ici 5 ans.

Pour que l’élévage s’épanouit au Burkina Faso, il faut commençer à produire du fourrage de qualité pour les animaux c’est pourquoi la SCOOP-BNPF est née pour parer à cette éventualité. Située à Dédougou, la Coopérative a cultivé cette année environ 37 hectares de fourrages pour essayer d’aider les animaux. Elle dispose également de nombreuses spéculations de semence fourragère notamment, le Sariasso 16, le Sariasso 14, Kajanus Kaja mais aussi de différentes variétés de maïs (Wari, Espoir,FBC 6), etc..

<<Aujourd’hui les terres se font rares et c’est dans nos cultures qu’on intègre la production fourragère. Nous faisons actuellement la promotion des spéculations à double objectifs à l’exemple des Sariasso 14, 15 et 16 et le Niébé fourragère KVX 745 11 P qui ont assez de feuilles, dont les grains et les feuilles sont aussi consommés.>>, rapporte Paré Olivier, Président de la SCOOP-BNPF.

Comme le reconnaît le président de la Coopérative, << De nos jours tout agriculteur est éléveur, c’est deux choses qui vont ensemble>>. Ainsi, la Coopérative prélève une partie de sa récolte pour les animaux et le reste est vendu dans les zones urbaines comme Ouagadougou et à Dédougou. << Nous consommons dans les mêmes champs, nous produisons pour la consommation humaine et les fourrages nous les donnons aux animaux et en vendons>>, explique t-il.

La SCOOP-BNPF promeut une diversité de fourrages et de semences fourragères.

Malgré les efforts conséquent que fournit la coopérative et la volonté de ses membres à produire plus, celle-ci rencontre des difficultés.
En effet, pour conserver le fourrage, il faut les fenils pour stocker les différents foins alors qu’ils sont très coûteux . C’est pourquoi M.Paré sollicite le soutien de partenaires pour l’obtention des fenils et des semences adéquates.

<< Notre coopérative est disposée à vulgariser sept (7) productions fourragères au Burkina Faso, si les moyens sont mis à notre disposition. Nous avons reçu le premier prix de l’inovation au SABEL et avons glané d’autres prix. Que les partenaires sachent que nous pouvons réaliser beaucoup de choses>>, affirme t-il.

La SCOOP-BNPF a comme perspective de vulgariser réellement, en cinq (5) ans, la semence fourragère au Burkina Faso.

Fernand Appia

244 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *