Lutte contre le Chômage : La « cure » de Ravi commence par la tête

novembre 27th, 2019 | par afriktilgre@
Lutte contre le Chômage : La « cure » de Ravi commence par la tête
L'autre regard
0

Partant de la conviction que la pauvreté n’est pas un manque de ressources mais un manque de vision et de stratégie appropriée, mais aussi, que les jeunes et les femmes constituent un atout et non un frein pour le développement du pays, est née la Fondation Ravi en 2015 à Ouagadougou. Cette fondation intervient dans divers secteurs d’activités pourvoyeurs d’emplois descents et de revenus pour les jeunes et les femmes.

C’est depuis son siège sise au quartier Balkuy de Ouagadougou, que Salam Ouédraogo, le président de la Fondation Ravi, mène son combat afin de promouvoir sa vision VA traduite par le fait de rendre une localité <<Vivable et Agréable>> à travers diverses activités. Notamment l’orientation et le profilage métier, la formation qualifiante professionnelle, la pratique du laboratoire (laboratoire d’incubation), la gestion de projets et d’entreprises, la création d’entreprise, la recherche de financement et la commercialisation. Une vision centrée sur les besoins de l’Homme, par les habitants eux même et pour leur propre bien-être.

Pour donner un sens à sa vision, Salam Ouédraogo s’est entouré d’une équipe dynamique dont la mission est d’inspirer et de former les jeunes et les femmes à s’investir dans l’entrepreneuriat. Mais aussi, de mobiliser les ressources pour leur permettre de réaliser leurs ambitions dans leurs localités. Et cette mission, Salam Ouédraogo et son équipe la mène à bien. En témoigne les nombreuses activités qui sont développées par les pensionnaires à savoir, l’agriculture, l’élevage, la pisciculture, l’apiculture, la fabrication de couveuses et j’en passe. Des pensionnaires qui grâce aux connaissances acquises peuvent s’installer à leur propre compte.

L’agriculture occupe une place de choix au sein de la Fondation Ravi

D’ailleurs, Issouf Tiendrebéogo est un bel exemple. Élève en classe de Tle, il a fait de l’aviculture sa source de revenue. Le jeune s’est lancé dans l’élevage des poules pondeuses et des coquelets vendus à 3 mois. C’est au minimum un œuf que pondent par jour ses poules. Ces œufs sont ensuite vendus sur le marché. Ce genre d’exemples, on pourra en citer plein d’autres.

Issouf Tiendrebéogo l’élève modèle de la Fondation Ravi

Selon un dicton <<Donner à manger c’est bien, mais apprendre à produire soi-même sa nourriture c’est mieux.>>. Pour acter cette assertion et répondre au défi du moment caractérisé par le chômage des populations rurales et la situation des déplacées, la Fondation Ravi a développé le concept Fast Job and Food qui est une solution rapide et définitive pour les populations rurales et déplacées. Ainsi, dans la perspective de mieux coordonner ses activités sur le terrain, la Fondation a procédé à l’implantation d’antennes dans les 13 régions du Burkina Faso.

A noter que la Fondation Ravi intervient dans une cinquantaine de secteurs d’activités. Elle ouvre ses portes aux jeunes et femmes déscolarisés, aux diplômés, aux sans emploi ni qualification professionnelle. Également, aux jeunes promoteurs d’entreprises en quête de compétences et aux travailleurs qui désirent entreprendre.

Fernand Appia

48 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *