Le Plan Maroc Vert, un cas d’école à enseigner et à pérenniser dans le secteur agricole

janvier 15th, 2020 | par afriktilgre@
Le Plan Maroc Vert, un cas d’école à enseigner et à pérenniser dans le secteur agricole
Agri-innove
0

Depuis plus d’une décennie, le Maroc s’est lancé dans le développement de son secteur agricole à travers la mise en œuvre de certaines initiatives. Notamment le Plan Maroc Vert. Lancé en avril 2008 par le roi Mohammed VI, le Plan Maroc Vert (PMV) a pour objectif de faire du secteur agricole un levier prioritaire du développement socioéconomique au Maroc.

Le Plan Maroc Vert (PMV) est une stratégie qui aura permis au Maroc d’amorcer convenablement son décollage agricole. Le PMV est mis en place depuis 2008 dans la continuité de plusieurs chantiers majeurs sur le plan national tels que la création d’emploi, la lutte contre la pauvreté ou la protection de l’environnement. Il est articulé autour d’une approche globale qui couvre l’ensemble des filières et repose sur deux piliers majeurs : l’agriculture moderne et l’agriculture solidaire.

Le premier pilier concerne le développement d’une agriculture moderne à haute valeur ajoutée avec une production répondant aux normes internationales. Quant au deuxième pilier, il s’intéresse à la petite agriculture en développant une approche solidaire orientée vers la lutte contre la pauvreté et la diversification des sources de revenus pour les populations rurales les plus vulnérables.

Le PMV intègre également la dimension de développement durable et de changement climatique à travers la promotion d’une agriculture résiliente aux impacts des changements climatiques.

Une agriculture modernisée favorisant le développement économique

Des réalisations et des retombées considérables après 10 ans de mise en œuvre.

Selon l’Agence pour le développement agricole marocaine, après dix ans de mise en œuvre du Plan Maroc Vert qui a placé la mobilisation de l’investissement au profit du secteur agricole au cœur de cette stratégie, les réalisations sont à la hauteur des objectifs tracés. En effet, le secteur agricole a pu drainer entre 2008 et 2018 un investissement de 104 milliards de DHS dont 40% d’investissement public et 60% d’investissement privé.

Dans ce cadre, les incitations de l’Etat à travers le Fonds de Développement Agricole pour l’encouragement de l’investissement dans le secteur agricole ont augmenté de 112%, et chaque Dirham de soutien octroyé a engendré 2,85 DHS d’investissement. L’ensemble de ces investissements ont permis d’améliorer significativement les performances du secteur agricole tant sur le plan économique que social.

 Sur le plan économique, le PIB a connu une augmentation annuelle de 5,25% contre 3,8% pour les autres secteurs permettant de créer ainsi une valeur ajoutée supplémentaire de 47 milliards de DHS. Les exportations des produits agricoles ont connu une augmentation de 117% en passant de 15 milliards de dirhams à 33 milliards de dirhams.

Sur le plan social, le Plan Maroc Vert a permis la création de 342 000 emplois supplémentaires, et l’augmentation du nombre de jours de travail par an et par ouvrier de 110 jours/an à 140 jours/an suite à l’extension des superficies cultivées, à la diversification des cultures, et à l’amélioration de la production.

Ces performances ont été atteintes grâce à la politique volontariste de l’Etat concrétisée par la mise en œuvre de projets solidaires (pilier II) et de projets à haute valeur ajoutée (pilier I). Ainsi en matière d’agriculture solidaire, 989 projets ont été lancés au profit de 730 000 bénéficiaires.

Ces projets ont permis notamment la plantation de près de 394 630 hectares, la mise en place de 424 unités de valorisation, l’aménagement hydro agricole sur 83 292 hectares, l’amélioration pastorale sur 38 401 hectares, et l’ouverture de pistes rurales sur 459 kilomètres.

Parallèlement à ces projets solidaires, une attention particulière a été accordée au développement des produits du terroir qui ont connu un essor considérable suite à la promulgation de la loi n° 25-06 relative aux signes distinctifs d’origine.

Ainsi, on note la reconnaissance de 62 produits labélisés, la mise à niveau de 720 coopératives (20 000 bénéficiaires), la construction et l’équipement de 484 unités de valorisation, et le référencement de 3 000 articles au niveau des GMS avec un chiffre d’affaires de près de 80 MDH.

L’agriculture à haute valeur ajoutée a connu également une évolution significative dans le cadre du Plan Maroc Vert moyennant deux leviers : l’Agrégation Agricole et le Partenariat Public-Privé autour des terrains agricoles.

Concernant l’Agrégation Agricole et suite à la promulgation de la loi n° 04-12 relative à l’Agrégation Agricole et la mise en place d’un système incitatif dédié aux projets d’agrégation, 63 projets d’agrégation sur une superficie de 174 000 hectares ont été concrétisés au profit de 55 000 agriculteurs dont 80% sont de petits agriculteurs de moins de 5 hectares.

En matière de partenariat Public-Privé autour des terres agricoles de l’Etat, 1 564 projets ont été mis en place sur une superficie de près de 112 000 hectares, avec un investissement prévisionnel de 22,8 milliards de DHS permettant de créer à terme 63 000 emplois. A noter que, 720 projets ont été attribués à des petits agriculteurs et entrepreneurs agricoles.

En matière d’économie d’eau, la superficie équipée en goutte à goutte a connu une extension spectaculaire pour atteindre 542 000 hectares contre uniquement 128 000 en 2008.

Fernand Appia

56 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *