Covid 19 : Utilisation des « Cache-Nez » : Attention ! y’a danger

avril 6th, 2020 | par afriktilgre@
Covid 19 : Utilisation des « Cache-Nez » :           Attention ! y’a danger
Le fil vert
0

Depuis l’avènement de la maladie à coronavirus au Burkina Faso, les Equipements de Protections Individuelles (EPI), communément appelés cache-nez, sont devenus les nouveaux compagnons fidèles des Burkinabè. Malheureusement, après utilisation, certains Burkinabè jettent leur cache-nez dans la nature ou dans des poubelles sans un minimum de précaution. Une attitude qui contribue à dégrader la santé de l’homme et de l’environnement, selon le fiscaliste et environnementaliste Bania Tandamba que nous avons joint au téléphone le samedi dernier.

Après avoir fini d’utiliser leur « cache-nez », à usage unique ou répété, beaucoup de Burkinabè ont tendance à le jeter ou le bruler dans la nature. Pourtant les bonnes pratiques conseillées par l’environnementaliste Bania Tandamba, directeur exécutif du Bureau de veille et d’actions pour l’environnement et l’économie verte (BURVA), voudraient que le cache-nez qui n’est plus utilisé soit purement et simplement emballé et jeté dans une poubelle (hermétiquement fermée ou non).

Lorsque le cache-nez est jeté à l’air libre, il peine à se dégrader rapidement, peu importe la matière avec laquelle il est fait (en plastique, ou en coton). Il peut être drainé aussi par les eaux de pluie et se retrouver dans les eaux de source, avec tout le lot de maladies qu’il peut causer à l’homme, si l’eau n’est pas bien traitée à la source, à en croire Bania Tandamba. Brulés les cache-nez dégagent également du dioxyde de carbone capable de polluer la couche d’ozone.

Bania Tandamba directeur exécutif du BURVA

Plus loin, notre environnementaliste nous dira qu’un cache jeté dans une poubelle, sans être emballé au préalable, pourrait provoquer des nuisances olfactives (odeur dégagée de la décomposition des saletés contenues dans le cache-nez). Sur le plan sanitaire, il faut noter que le cache-nez jeté dans la nature ou dans une poubelle sans grand soin peut être source de contamination du Covid 19, s’il entre en contact avec une tierce personne non protégée au moment où le virus est toujours en vie.

Quand on sait que les opérateurs de collecte de déchets ne sont pas bien protégés au Burkina Faso, il faut bien réfléchir avant de jeter son cache-nez à la poubelle, sans l’avoir emballé. Pour protéger l’environnement et briser la chaine de contamination du Covid 19, en cette période ou le cache-nez est devenu l’ami intime de la plupart des Burkinabè, le directeur exécutif de BURVA recommande que chaque Burkinabè adopte les bonnes pratiques d’hygiène et d’assainissement.

Ces bonnes pratiquent commandent que chaque producteur de déchet (ici il s’agit des cache-nez) puisse l’emballer et le jeter dans une poubelle. En tant que partisan des modes de consommation durable, Bania Tandamba a, pour finir son propos, déconseillé l’utilisation des cache-nez à usage unique. Selon lui, ce type d’équipement de protection individuelle produit énormément de déchets, alors que les objectifs du développement durable suggèrent que nous produisons et consommons de façon durable.

 Sougrinoma Ismaël GANSORE

257 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *