Burkina Faso : « Le Ministre de l’Agriculture est passé maitre du dilatoire » Dixit le SYNATRAG

juin 14th, 2020 | par afriktilgre@
Burkina Faso :                            « Le Ministre de l’Agriculture est passé maitre du dilatoire » Dixit le SYNATRAG
Agro-pastoral
0

Le Syndicat National des Travailleurs de l’Agriculture (SYNATRAG) a dénoncé ce samedi 13 juin, au cours d’un point de presse à la bourse du travail,  une incohérence du ministre Salifou Ouédraogo dans la gestion de certains dossiers comme  celui du mécanisme de distribution électronique des intrants et équipements agricoles.

D’entrée de jeu le Syndicat National des Travailleurs de l’Agriculture (SYNATRAG) a fait savoir que, les déclarations du ministre de l’agriculture et des aménagements hydro-agricoles, sur la Radio-télévision du Burkina, tendant à faire croire  que la mise en œuvre du mécanisme de distribution électronique des intrants et équipements agricoles mettra fin aux mouvements sociaux, montrent sa non maitrise des réalités agricoles Burkinabè. Le SYNATRAG a ajouté que le fait que Salifou Ouédraogo ait dit que la couverture nationale en réseau de télécommunication est effective, alors que certains producteurs accrochent leur téléphone sur des arbres en quête de réseau téléphonique, vient également conforter l’idée selon laquelle il ne maitrise pas les réalités agricoles.  Au cours de cette conférence de presse, le responsable adjoint à l’organisation du syndicat, Évariste Ouédraogo a fini par dire que le nouveau mécanisme de distribution  des intrants et équipements agricoles n’est pas adapté au contexte Burkinabè, où la grande majorité des producteurs sont des analphabètes.

Évariste Ouédraogo, responsable adjoint à l’organisation du SYNATRAG

« Quand vous dîtes à un producteur qui habite au fond village qu’il doit présenter un SMS dans une boutique pour recevoir ses intrants. Premièrement, il faut que le producteur ait son portable allumé. Deuxièmement il lui faut le réseau pour recevoir même le SMS, pourtant certaines zones du Burkina Faso ont des difficultés d’accès aux réseaux de télécommunication. Troisièmement il faut qu’il sache lire pour aller prélever l’intrant, alors que la plupart des producteurs ne savent pas lire. », explique Évariste Ouédraogo.

Par la suite, le responsable adjoint à l’organisation du SYNATRAG a précisé que tout mécanisme de distribution des intrants doit passer par l’agent technique d’agriculture qui saura mieux expliquer les caractéristiques et les modes d’utilisation de ces intrants aux producteurs.

Les autres préoccupations du SYNATRAG tournaient autour de sa plateforme revendicative et le projet de décret sur les statuts particuliers de l’agriculture. Sur le premier point, le syndicat a invité le ministre en charge de l’agriculture à mettre en œuvre les engagements pris par le ministère, notamment la dotation des agents en moto, le paiement des arriérés de six mois de frais de carburant etc. Évariste Ouédraogo et ses camarades ont rejeté aussi les travaux sur les statuts particuliers de l’agriculture qui ont conduit à un « projet des statuts particuliers » que le syndicat a découvert sur les réseaux sociaux. Pour finir, ils ont exigé une reprise des travaux avec une approche plus inclusive.

Sougrinoma Ismaël GANSORE 

452 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *