Agriculture : La soudure dans l’âme, Diagniagou Mano invente un motoculteur manuel

juin 21st, 2021 | par afriktilgre@
Agriculture : La soudure dans l’âme, Diagniagou Mano invente un motoculteur manuel
Agri-innove
6

Âgé de 32 ans, Diagniagou Mano baigne dans la soudure depuis sa tendre enfance. Né d’un père soudeur, le premier dans la province de la Tapoa, Diagniagou vient d’introduire une innovation majeure dans le secteur agricole au Burkina Faso. Depuis son atelier situé au secteur 5 de la ville de Diapaga, à l’est du pays des Hommes intègres, le jeune homme a fabriqué en début d’année 2021, un motoculteur manuel capable de labourer, buter et faire des lignes de semis pour les producteurs. A ce jour, 17 motoculteurs sont déjà sortis de son atelier. Dans cette interview téléphonique, réalisée le mercredi 16 juin 2021, l’homme nous parle de son invention, de ses ambitions pour la mécanisation de l’agriculture au Burkina Faso, et lance un appel aux autorités en charge de l’agriculture et aux producteurs. Lisez-plutôt!

Afriktilgre : D’où vous est venue l’idée de fabriquer un motoculteur

 Diagniagou Mano: L’idée de fabriquer un motoculteur m’est venue en début 2021. Je me suis dit comme les tricycles ont remplacé les charrettes, les motoculteurs, même s’ils ne sont pas encore répandus au Burkina Faso, remplaceront aussi la charrue un jour. Même s’il y a des tracteurs un peu partout de nos jours, ceux-ci ne pourront pas facilement remplacer la charrue étant donné qu’ils ne sont pas accessibles à beaucoup de paysans. Je me suis alors lancé dans la fabrication de cet outil agricole, non seulement pour soulager les paysans, mais aussi pour que notre entreprise soit capable de répondre aux besoins de nouveaux outils agricoles à l’avenir.

Comment avez-vous procédé pour fabriquer votre motoculteur 

Je vais d’abord commencer par dire que je suis soudeur, mais j’ai aussi un peu de connaissance en mécanique, en électricité et en électronique. En plus j’ai travaillé avec des moulins et des groupes électrogènes à mon enfance, et tout récemment j’ai transformé des moulins en motopompes. Donc c’est tout cet ensemble de savoirs qui me permet de fabriquer mes motoculteurs.

Combien de motoculteurs avez-vous déjà mis sur le marché 

A ce jour, j’ai fabriqué 17 motoculteurs. Toutes les suggestions de mes clients seront prises en compte pour des innovations.

Quelle est votre capacité de production par mois 

Je peux fabriquer 20 motoculteurs par mois, pour le moment. Je suis à mes premiers pas, avec le temps j’irai au-delà. Je compte faire des innovations majeures. Je projette de fabriquer des motoculteurs à l’image d’un tracteur. Le paysan n’aura plus besoin de conduire le motoculteur à pied pour labourer, il le conduira comme un tracteur où il pourra baisser les socs quand il veut et les soulever quand il veut. Il y aura des phares, pour ceux qui voudront labourer tout au long de la nuit.

Vous vendez un motoculteur à 800 000 F CFA. Pensez-vous qu’à ce prix la machine est accessible au plus grand nombre de producteurs, quand on sait que la majorité de nos paysans n’arrivent pas souvent à joindre les deux bouts

Je reconnais que la machine est chère pour beaucoup de paysans. Si l’Etat décide de subventionner mes motoculteurs, les prix vont sensiblement baisser au grand bonheur des producteurs.

Est-ce que vous avez approché les autorités en charge de l’agriculture dans votre zone, pour vous faire accompagner. Si oui, quelle a été leur réaction

Oui j’ai présenté la toute première machine à la Direction Provinciale de l’Agriculture de la Tapoa qui a promis de la présenter au plus haut niveau.

Une vue du motoculteur que Diagniagou Mano vient de mettre à la disposition des producteurs.

Quels sont les avantages que votre motoculteur offre à un producteur 

Les avantages de mes motoculteurs ou tout autre motoculteur sont multiples. D’abord on n’a plus besoin de mobiliser deux ou trois personnes pour labourer, comme c’est le cas avec les ânes, les bœufs ou encore les chevaux. Les deux ou trois personnes qui devraient utiliser une charrue peuvent se relayer tout au long de la journée et travailler sans répit, ce qui n’est pas le cas avec la charrue. Avec un motoculteur, on arrive à labourer plus rapidement avec moins de ressources humaines et moins d’efforts. Il faut noter aussi que le motoculteur peut labourer, buter et faire des lignes pour les semis.

Quelles différences existent entre votre motoculteur et les autres 

La différence qu’il y a entre mes motoculteurs et les autres, c’est que les miens sont faits avec des pièces qu’on retrouve partout au Burkina, dans les villes et même dans certains villages. J’utilise le moteur des motos de marque Apsonic, un moteur qui est bien connu. De plus les paysans peuvent conduire facilement mes motoculteurs et en cas de panne, il n’y a aucune inquiétude. Ils peuvent être réparés dans les villages, les pièces étant faciles à retrouver.

Le concepteur en pleine séance de démonstration dans une exploitation agricole

Est-ce que vous arrivez à tirer votre épingle du jeu, depuis que vous avez commencé à fabriquer les motoculteurs 

Oui j’arrive à tirer mon épingle du jeu. Mais pour le moment, ce qui me préoccupe plus c’est d’atteindre un niveau d’innovation avancé, étant donné que c’est la qualité qui attire les clients.

Depuis combien d’années êtes-vous dans la soudure, comment êtes-vous arrivés à ce métier

Je peux dire que j’ai grandi dans la soudure. Mon père était lui même soudeur. Il est d’ailleurs le premier soudeur de la province. Mais c’est en 2005 que je me suis bien focalisé sur la soudure, après avoir abandonné les études en classe de 6è, au cours de l’année scolaire 2004-2005

Est-ce que vous formez des jeunes qui seront capables de faire le même travail que vous, même si vous n’êtes pas à coté 

Oui je travaille avec beaucoup d’apprentis. Nul doute qu’avec le temps, ils pourront aussi fabriquer des motoculteurs sans mon assistance. Moi-même je suis encore à mes débuts, je n’ai pas encore atteint le niveau que je souhaite atteindre.

Quels messages avez-vous à lancer à nos autorités, mais aussi aux producteurs concernant votre invention 

Le message que j’ai à lancer à nos autorités c’est de voir comment elles vont faire pour que bon nombre de paysans aient les motoculteurs, cela va beaucoup réduire la pénibilité du travail agricole et accroître les rendements.
J’invite tout producteur qui peut se procurer mes motoculteurs à le faire et il reviendra témoigner. Ils ne sont pas difficiles à conduire et en plus les pièces qui les composent sont largement disponibles dans les villes du Burkina Faso. En cas de panne, Ils se réparent facilement même dans les villages, puisque leurs moteurs sont déjà bien connus dans notre pays, et de nos jours il y a des mécaniciens mêmes dans les villages.

Propos recueillis par Sougrinoma Ismaël Gansore

2 185 vues

6 Comments

  1. KADJO Dominique Madérik DJOBO says:

    Je voudrais rentrer en contact avec lui. Comment faire?

  2. ZOUNGRANA Amado says:

    Comment contacter ce jeune homme pour commander son engin? Que Dieu le bénisse, c’est un don de Dieu pour le pays.

  3. Kaboré Evariste says:

    Bonjour
    Je suis intéressé par cette machine. Comment faire ppour vous joindre?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *