Agri-prenariat : Kilsi Holding veut encourager la présence des jeunes dans la production agro-pastorale

septembre 17th, 2021 | par afriktilgre@
Agri-prenariat : Kilsi Holding veut encourager la présence des jeunes dans la production agro-pastorale
Agro-pastoral
0

En prélude au lancement du Projet Grand Fermier du Burkina (PGF/B) dans la région du Centre Ouest, Kilsi Holding en collaboration avec ses partenaires a organisé le jeudi 16 septembre 2021, à l’amphi 500 de l’Université Norbert Zongo de Koudougou, une grande conférence publique sur l’entrepreneuriat agricole des jeunes. Cette conférence vise à orienter, guider et susciter au sein de la jeunesse une passion pour l’agrobusiness.

Ils étaient nombreux les jeunes qui ont pris d’assaut, le jeudi 16 septembre 2021, l’amphi 500 de l’Université Norbert Zongo de Koudougou pour participer à la conférence sur l’entrepreneuriat agricole organisée par Kilsi Holding. Les enjeux de l’entrepreneuriat agricole pour la jeunesse, les opportunités d’investissement dans l’agriculture, la compréhension de l’entreprise agricole et la question de comment entreprendre dans l’agriculture ont été les grands points abordés par le Conférencier, entrepreneur agricole et formateur, Moïse Kaboré.

Dr Moïse Kabore le conférencier du jour

Selon le conférencier, les jeunes ne croient pas en l’agriculture alors que ce secteur est celui dans lequel il est facile d’investir, il offre plus de possibilités d’emplois avec une rentabilité illimitée. Les villes croissent à des rythmes importants et sont à la recherche d’aliments. Ainsi, Moïse Kaboré estime que tous les secteurs agricoles au Burkina Faso offrent des opportunités. Que ce soit dans la maraichère culture, les cultures céréalières, l’élévage…, la rentabilité est énorme. Cependant, il faut s’assurer du marché avant de se lancer, prévient-il.

Les risques en agriculture étant covariants, l’entreprise agricole doit avoir une diversité d’activités qui ne peuvent pas être frappées par le même risque. Moïse Kabore recommande d’avoir plusieurs activités qui se compensent, et éviter les temps morts économiques dans une ferme. On entreprend pas dans l’agriculture par procuration, rappelle-t-il. Pour entreprendre, il faut commencer par investir dans son fonds de commerce, c’est à dire mettre de l’argent dans ce qui rapporte de l’argent. Par ailleurs, l’entrepreneur agricole doit être un passionné d’agriculture, il doit apprendre avec ses pairs et surtout, trouver un personnel dynamique pour l’ accompagner.

Une vue de la mobilisation des jeunes ce jeudi 16 septembre à l’université Norbert Zongo de Koudougou

Le Projet Grand Fermier du Burkina (PGF/B) a été également abordé au cours de cette conférence par le PCA de Kilsi Holding, Kassoum Ilboudo. Le PGF/B a été lancé dans une trentaine de localités et vise à créer des pôles de production agro-pastorale regroupant plusieurs porteurs de projets dans une même zone, afin de faciliter leur accompagnement, encourager les exploitants en groupe et valoriser le métier de fermier.

Kassoum Ilboudo PCA de Kilsi Holding, initiateur de la conférence

Pour un délais d’exécution de 05 ans (2021-2026), le PGF/B entend créer 15 centres de formations en agro-pastoralisme, 100 à 200 hectares de vergers par zone, 100 à 200 hectares de champs agricoles par zone, 50 à 100 bâtiments d’élevage par zone. Le projet veut aussi former 500 à 1000 jeunes et 200 femmes, offrir 30 forages, récompenser 100 à 300 meilleurs élèves et reboiser 50 bosquets.
Le PGF/B sera lancé dans la région du Centre-ouest, le 18 septembre 2021 à Sourghou.

Fernand Appia

623 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *